Pratiques

Les cadres du taijiquan

Les cadres du taijiquan

盘功 pán gōng

Chaque posture du taijiquan traditionnel, qu’elle soit basse, moyenne ou haute, a sa propre force et son but.

下盘功 xià pán gōng

Le but d’un cadre bas est d’entraîner les muscles, les os et l’apparence externe de tout le corps afin de développer la capacité du bas du corps. Le cadre (盘 pán) bas (下 xià) :

  • étire les muscles, renforce les os ;
  • exagère l’ouverture et la fermeture de la hanche (胯 kuà), ce qui avec le temps augmente la portée des actions ;
  • renforce la capacité de soutien des jambes ;
  • améliore la flexibilité de la taille et de l’articulation coxo-fémorale ;
  • permet le déplacement vers le bas du centre de gravité et la stabilisation du plan inférieur.

Tout au long du processus de développement de 下盘功 xià pán gōng, portez une attention stricte aux spécifications de la séquence : la posture anatomique, le placement des mains, les positions des pieds pour le jeu de jambes, … et comment faciliter les changements de direction.

C’est l’étape de l’apprentissage des règles et de la formation du 功夫 gōng fu.

中盘功 zhōng pán gōng

Le cadre moyen est la méthode de pratique la plus courante à mesure que l’on progresse dans la pratique. Ce cadre est propice à la relaxation du corps entier et à la descente du qì. Il permet de réaliser les conversions légères et éthérées entre substantiel et non substantiel.

La pratique du cadre médian (盘 zhōng pán) se concentre sur l’ensemble du corps, à la recherche des trois harmonies internes et externes. L’esprit-intention entraîne les mouvements du corps et les conversions énergétiques ne sont plus sous la domination de la force du corps. Chaque partie du corps est détendue et souple : la taille et le kuà, les genoux et les chevilles, les pieds et les mains, les épaules et les coudes, la tête et le cou, la poitrine et le dos. Les mouvements sont effectués en alternance pendant le processus de descente du souffle jusqu’aux pieds puis de la montée vers le haut, tout en s’efforçant de garder le centre léger et naturel. C’est un cycle perpétuel, sans priorité ni substantielle ni non substantielle.

On y acquiert des compétences grâce à la compréhension globale des principes du taijiquan, grâce à la maîtrise de toutes les pratiques pertinentes.

C’est l’étape de « la constance dans les principes, de la conformité aux principes ».

上盘功 shàng pán gōng

Le cadre haut pratique le 轻灵圆活 qīng líng yuán huó : être rapide et habile (轻灵 qīng líng), rond (圆 yuán) et vivant (活 huó). L’objectif est que chaque articulation du corps se comporte comme un roulement à billes universel capable de se déplacer en douceur et efficacement. Chaque partie du corps semble avoir son contrôle autonome individuel.

Cette étape de la pratique est presque exclusivement interne, la culture du 中鼎功夫 zhōng dǐng gōng fu – équilibre central et stabilité – étant l’objectif.

中鼎 zhōng dǐng est considéré comme l’âme des treize potentiels du taijiquan et les pratiquants de longue date en ont une haute considération.

La pratique à ce stade n’est pas d’impressionner de l’extérieur ou d’être esthétique. Cependant, la possession de la compétence rend le pratiquant intouchable. Les mouvements sont imprévisibles et insondables et chaque partie du corps est utilisable.

C’est l’étape du «néant intangible».

Dominique Clergue
Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils