Share This Post

Principes / Regards

Yūgen

Yūgen

La grâce mystérieuse

Yūgen est peut-être, parmi les idées esthétiques japonaises généralement ésotérique, la plus ineffable. Le terme se trouve pour la première fois dans les textes philosophiques chinois, où il a le sens de « sombre » ou de « mystérieux ».

Kamo no Chōmei, l’auteur du célèbre Hōjōki, a également écrit sur la poésie et il considérait yūgen comme une préoccupation essentielle à la poésie de son temps.

C’est comme une soirée d’automne sous une étendue incolore de ciel silencieux. D’une manière ou d’une autre, pour une raison dont nous devrions pouvoir nous souvenir, les larmes sont incontrôlables.

Kamo no Chōmei
Montagne après une averse, 1940, Yokoyama Taikan
Montagne après une averse, 1940, peintures à l’encre de Yokoyama Taikan

Quand on regarde les montagnes d’automne à travers la brume, la vue peut être indistincte mais avoir une grande profondeur. Bien que peu de feuilles d’automne puissent être visibles à travers la brume, la vue est séduisante. La vue illimitée créée dans l’imagination dépasse de loin tout ce que l’on peut voir plus clairement.

Nancy G. Hume in Japanese Aesthetics and Culture (Suny Series in Asian Studies Development)

Ce passage instancie une caractéristique générale de la culture est-asiatique, qui privilégie l’allusion à l’explicitation et à l’exhaustivité. Yūgen n’a pas, comme on l’a parfois supposé, à voir avec un autre monde au-delà de celui-ci, mais plutôt avec la profondeur du monde dans lequel nous vivons, telle qu’elle est vécue à l’aide d’une imagination cultivée.

L’art dans lequel la notion de yūgen a joué le rôle le plus important est le drame Nō, l’une des plus grandes traditions théâtrales du monde, qui a atteint son apogée grâce à l’art de Zeami Motokiyo (1363-1443). Zeami a écrit un certain nombre de traités sur le drame Nō, dans lesquels yūgen figure comme «le principe suprême». Il l’associe à la culture hautement raffinée de la noblesse japonaise, bien qu’il y ait aussi dans Nō une «grâce de la musique», une «grâce de l’exécution » et une «grâce de la danse ». C’est quelque chose de rare, qui n’est atteint que par les plus grands acteurs de la tradition, et seulement après des décennies de pratique dévouée à l’art.

La formulation la plus célèbre vient au début des Notes sur les neuf niveaux de réalisation artistique du Nō de Zeami, où le niveau le plus élevé est appelé « l’art de la fleur au charme sans égal ».

Le sens de l’expression charme sans égal surpasse toute explication en mots et se situe au-delà du fonctionnement de la conscience. On peut sûrement dire que l’expression «au cœur de la nuit, le soleil brille de mille feux» existe dans un domaine au-delà de toute explication logique. En effet, concernant la grâce des plus grands interprètes de notre art donne lieu à un sentiment qui transcende la cognition, et à un art qui se situe au-delà de tout niveau que l’artiste aurait consciemment atteint.

On the Art of the Nō Drama: The Major Treatises of Zeami,

Ce passage fait allusion aux résultats d’un modèle de discipline rigoureuse qui informe de nombreux «arts de la scène» tels que la cérémonie du thé, la calligraphie, le théâtre, ainsi que les arts martiaux est-asiatiques. Nō est exemplaire à cet égard, car ses formes de diction, ses gestes, ses allures et ses mouvements de danse sont tous hautement stylisés et extrêmement artificiels. L’idée est que l’on pratique pendant des années une forme, un kata, qui va à l’encontre des mouvements du corps et nécessite donc une discipline considérable – au point de percer vers un naturel supérieur qui se manifeste lorsque la forme a été parfaitement incorporé. Ce genre de spontanéité donne l’impression, comme dans le cas de la grâce, de quelque chose de surnaturel.


Share This Post

Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils