Gérard Blaize

Quand je suis arrivé au Japon, en 1976, je pensais y rester 2 ans pour continuer l’étude de l’Aïkido au Dojo central de Tokyo (à l’époque, j’étais 3 e dan). J’y suis resté 5 ans et demi (de février 1976 à août 1981), et pendant ce séjour j’ai rencontré celui qui allait devenir mon maître en Aïkido : Michio Hikitsuchi Sensei. Parallèlement, j’allais suivre l’enseignement d’une école de Jo-Jutsu (bâton) sous la direction de Shigeiro Matsumura Sensei et découvrir la pratique du Katsugen Undo de Maître Haruchika Noguchi.

Dans l’esprit du Zen et du Budo

Portrait de Taisen Deshimaru

Le génie du Zen de transformer les techniques brutales de la guerre en arts qui ne se souciaient plus seulement de l’efficacité guerrière mais de la recherche de soi-même.

Le tai chi n’a pas de doctrine

Portrait du professeur Cheng Man Ching

Le tai chi n’a pas de doctrine. Il n’a pas de but C’est un concept sans aspiration. C’est un acte sans désir. C’est, à proprement parler, la réponse naturelle à une force extérieure qui n’est pas perçue comme telle. Parce que, dans la nature, tout est pareil, tout est un. Ce qui attaque est la même chose que ce qui défend, la même force redirigée, réutilisée. Quand vous initiez un mouvement mal intentionné, il vous revient comme tel.
Les principes du tai chi sont les mêmes que ceux qui constituent le mécanisme interne du grand système qui meut l’univers.

– Cheng Man Ching (1900-1975 )

Quitter la montagne aux trésors les mains vides

Portrait du professeur Cheng Man Ching par Kenneth Van Sickle

Le taiji quan semble simple. Les progrès en matière de pratique méditative que ce soit immobile ou en mouvement consiste à vaincre une résistance initiale. Les maîtres chinois qualifient cette expérience d’esprit du singe.

Au-delà de la pratique de la méditation, il y a l’attitude

Portrait de Tsu Yun

Citation de Tsu Yun.
虚云 Xūyún, né en 1840 et mort en 1959 en Chine, à l’âge de 119 ans, fut un moine bouddhiste et un maître chán renommé. Il vécut dans le Yunnan et parcourut dans sa vie des milliers de kilomètres à pied lors de pèlerinages.

Cultivons le calme

Photographie d'un brûleur d'encens du temple Guoqing

Moins nous sommes capables de maintenir la stabilité en nous-même, plus nous pouvons être déséquilibré et perturbé par notre environnement. Inversement, plus nous pouvons rester stables, plus nous pouvons clairement reconnaître ce qui se passe autour de nous sans sombrer dans l’anxiété ou la paralysie.

Ikigai

Saisons, 2012, Jungho Lee

L’ikigai : un état d’esprit qu’adoptent les Japonais pour rester optimistes et positiver malgré les nombreuses difficultés de la vie. L’art de vieillir en restant jeune,

Nature

Le passage, installation de Cornelia Konrads

La personnification de l’ensemble des forces naturelles, l’essence de l’homme ou des choses, naître.

Douceur et dureté

Photographie du professeur Cheng avec ses élèves de l'école Shr Jung de New York

Si on utilise la dureté pour résister, alors les deux camps sont assurés de perdre ou d’être blessés. Ce n’est pas la voie d’un grand maître.
Par conséquent, lorsque d’autres utilisent la dureté, j’utilise la douceur pour la neutraliser. Lorsque d’autres utilisent le mouvement pour attaquer, j’utilise la quiétude et attends l’attaque pour la neutraliser.
La douceur extrême et la quiétude sont les fruits du yin. Lorsque le yang extrême rencontre le yin extrême, le yang sera toujours vaincu.

– 鄭曼青 Zhèng Mànqīng (1921-1975)