Lectures

Combattre les mots

Combattre les mots

Quatre nouveaux documents reouvrent de vieux débats dans l’historiographie du taijiquan

Traduction de l’article “Fighting Words: Four New Document Finds Reignite Old Debates in Taijiquan Historiography” de Douglas Wile paru dans Martial Arts Studies

Résumé

L’historiographie des arts martiaux a été au centre des guerres culturelles en Chine et un sujet de discussion célèbre entre traditionalistes et modernistes depuis près d’un siècle. Les enjeux n’ont jamais été aussi élevés qu’avec l’art iconique du taijiquan, où, en s’appuyant sur une poignée de documents des lignées Chen, Wu et Yang, les traditionalistes ont rendu mythique les origines du taijiquan, proclamant l’immortel taoïste Zhang Sanfeng comme progéniteur, tandis que les modernistes ont obtenu l’approbation officielle du gouvernement en faisant remonter les origines à la famille Chen. Quatre nouvelles découvertes de documents, comprenant des manuels, des généalogies et des frottements de stèles, ont récemment émergé, perturbant les récits des deux camps et, si elles étaient authentiques, seraient les versions les plus anciennes des «classiques» du taijiquan et imposeraient une révision radicale de notre compréhension de l’art. Cet article présente les nouveaux documents, les circonstances de leur découverte, leur contenu et les controverses entourant leur authenticité et leur importance, ainsi que les implications pour une compréhension plus large de la culture et des politiques chinoises.

  1. Combattre les mots
  2. L’appartenance précède l’incarnation
  3. Une centaine de fleurs dans les études sur les arts martiaux

Le 21 août 2007, l’Administration générale du sport de Chine décerna au village Chen dans le Henan, une plaque commémorative reconnaissant son statut de «berceau du taijiquan» et Yuan Fuquan de l’Académie des sports du comté de Wen proclama, «La poussière s’installe enfin sur cette controverse centenaire” [Yuan 2011]. Cependant, ce qui était ‘poussière’ pour Yuan s’est révélé une source d’opposition, et seulement deux mois plus tard, une tempête de protestations entraina le retrait de la plaque. L’attribution de la plaque semblait être le point culminant d’un demi-siècle de reconnaissance officielle pour la thèse attribuant la création du taijiquan à 陳王庭 Chén Wángtíng (1597-1664) et équivalait à accorder un brevet ou un certificat d’authenticité. Pourquoi, alors, l’affaire a-t-elle été officiellement close puis rouverte? Ce n’est peut-être pas fortuit si, alors que le village Chen célébrait sa victoire, des preuves cachées depuis longtemps émergeaient dans les villages voisins, ce qui visait à perturber l’orthodoxie officielle et ne pourrait être rejetée comme une simple mythologie. En fait, ces anciennes généalogies, ces manuels, ces répertoires et ces inscriptions sur stèles donnent des munitions aux deux parties dans une guerre culturelle prolongée entre traditionalistes et modernistes. Au fil du temps, la controverse est devenue plus grande que le taijiquan, plus grande que les arts martiaux, plus grande que l’opposition entre traditionalistes et modernistes, et elle est devenue aujourd’hui un lieu de résistance au contrôle de la culture et de la liberté académique. L’utilisation d’explétifs colorés tels que «menteur», «criminel», «escroc», «contrefacteur», «parti pirate» et «sycophant», à peine caractéristique d’une «nation de bienséance» (liyi zhi bang) témoigne de l’intensité des émotions de tous les côtés de cette bataille sur la propriété du «patrimoine culturel immatériel» de la Chine.

Cet article présente la provenance, le contenu, l’authenticité et la signification de quatre nouvelles découvertes de documents en Chine. Géographiquement, trois d’entre elles se regroupent dans un petit territoire de la province du Henan, juste au nord du fleuve Jaune, traditionnellement considéré comme le berceau de la civilisation chinoise et un foyer d’activité des arts martiaux. Plus précisément, ces nouvelles découvertes comprennent la «généalogie de la famille Li», le «manuel des arts martiaux» et la «stèle Li Daozi» de la famille Li et le temple des mille ans (Qianzaisi) du village Tang dans le comté de Boai; le «Manuel de la lance de la famille Wang» de la famille Wang du village de Wangbao à Boai; «L’art secret du Taijiquan» de la famille Wang de la ville de Zhaobao dans le comté de Wen; et la ‘généalogie de la famille Wang’ du comté de Xinjiang, province du Shanxi. Ce sont les nouveaux documents les plus significatifs publiés depuis les années 1970 par Yang Yingang, Chang Hongkui, Wu Mengxia et Shen Jiazhen et les manuscrits de Wu Chengqing et Wu Ruqing [Wile 1983, 1996]. Ces dernières découvertes, si elles sont authentiques, sont les manuscrits de la mer Morte des études sur le taijiquan, qui contiennent les versions les plus anciennes de ce qui est considéré comme les «classiques», mais potentiellement plus significatives, car elles contestent les récits d’origine.

Il y a un certain nombre de raisons pour lesquelles ces découvertes de documents sont si importantes dans l’historiographie du taijiquan. D’abord, peut-être plus que tout autre art martial asiatique, le mince corpus des travaux théoriques qui définissent l’art, depuis les classiques du taijiquan ( 太極拳 tàijí quán jīng) de 關 百 益 Guān Bǎiyì en 1912, ont acquis le statut de classiques (經 jīng) et sont acceptés comme normes par tous les styles. Deuxièmement, ils décrivent non seulement les principes des mouvements et les techniques d’autodéfense, mais sont largement considérés comme exprimant l’éthique même de la culture chinoise. Les pratiquants de taijiquan peuvent être qualifiés de peuple du livre.

Nulle part le dicton l’histoire est racontée par les vainqueurs n’est plus vrai qu’en Chine, où les histoires dynastiques officielles légitiment le mythe fondateur de la famille impériale et articulent une idéologie politique normative pour le discours intellectuel. À diverses époques, le légalisme, le confucianisme, le bouddhisme et le taoïsme ont tous bénéficié du soutien de l’État. Au XXe siècle, les historiens marxistes chinois ont renversé la focalisation traditionnelle sur les empereurs, les généraux et les hommes d’État confucéens pour célébrer l’ingéniosité paysanne et la résistance à l’exploitation par la classe dirigeante. Sur le marché des arts martiaux d’aujourd’hui, les différentes écoles et styles se disputent le statut de conquérant commercial en inventant leur histoire. «Inventer la tradition» dans la culture des arts martiaux chinois contemporains consiste à rechercher de nouveaux documents, à révéler de nouvelles lignées, de nouveaux «lieux de naissance», et à les relier finalement à d’anciennes «transmissions taoïstes». Dans une alliance mutuellement bénéfique entre érudits conservateurs et lignages locaux, le premier gagne des munitions pour défier le parti, et le second gagne un capital intellectuel pour investir dans le développement ( 開發 kāifā ). Notre double tâche consiste donc à évaluer la substance des diverses revendications révisionnistes et à comprendre le débat lui-même comme révélant de profondes fissures idéologiques dans l’historiographie des arts martiaux chinois et dans la culture au sens large.


Dominique Clergue
Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils