Share This Post

Regards

Le sanctuaire Kamishikimi Kumanoimasu

Marches et tori du sanctuaire Kamishikimi Kumanoimasu

Kamishikimi Kumanoimasu est un sanctuaire shintô enfoui dans une forêt de cèdres à Takamori, non loin du mont Aso dans la préfecture de Kumamoto.

L’histoire de Kamishikimi demeure un mystère. Les premiers services rituels du sanctuaire remonteraient au XIVe siècle. Dans la tradition locale, le lieu consacre Izanagi et Izanami – les dieux fondateurs du Japon. Kamishikimi fait partie des 3000 sanctuaires de Kumano dans la région des monts Kii.

La terre au commencement était vide et comme une méduse dans la mer. Une divinité masculine, Izanagi, et une divinité féminine, Izanami, reçurent pour mission de donner forme à ce chaos primordial et de créer un monde.

Michael Ashkenaz in Handbook of Japanese Mythology

Toute la magie du sanctuaire est ressentie en montant les escaliers de Kamishikimi Kumanoimasu. Passé le premier torii en quittant la route, on se retrouve dans un monde à part, empreint d’une ambiance sacrée.

  • Les sanctuaires shinto, appelés le plus souvent 社 jinja, sont des lieux de culte du shintoïsme, où l’on vénère un kami. Le 神, shintō, la voie des dieux ou voie du divin  est un ensemble de croyances datant de l’histoire ancienne du Japon, mêle des éléments polythéistes et animistes. Il s’agit de la plus ancienne religion connue du Japon ; elle est liée à sa mythologie.
  • Un torii, 鳥居 signifie littéralement là où sont les oiseaux, est un portail traditionnel japonais. Il est communément érigé à l’entrée d’un sanctuaire shintoïste, afin de séparer l’enceinte sacrée de l’environnement profane. Il est aussi considéré comme un symbole du shintoïsme.
  • Comme beaucoup d’autres éléments de l’architecture traditionnelle japonaise, les 灯籠 tōrō sont originaires de Chine. Au Japon, les tōrō sont à l’origine employés seulement dans les temples bouddhistes où ils sont alignés et éclairent les chemins. Les lanternes allumées sont alors considérées comme une offrande à Bouddha. Durant l’époque de Heian (794-1185) cependant, ils commencent à être utilisés dans les sanctuaires shinto et les résidences privées. Les 台灯籠 dai-dōrō, lampes plate-forme, sont utilisés dans les jardins et le long du sandō, de l’approche d’un sanctuaire ou d’un temple. Un dai-dōrō est le plus souvent fait de pierre, et dans ce cas est appelé 石灯籠 ishi-dōrō, lanterne de pierre.

Les 270 marches se gravissent au cœur d’une forêt de cèdres géants. 50 paires de tôrô, lanternes en pierre, bordent le chemin et renforcent l’atmosphère particulière de l’endroit. Aux deux tiers de la montée, on découvre un torii vert et moussu,.

Le sanctuaire original a été incendié au cours la guerre au XVIe siècle. Le bâtiment actuel est une reconstruction datant de 1722. Des arbres Nagi se dressent des deux côtés du honden. Le Nagi est un arbre sacré au Japon. Depuis l’Antiquité, leurs feuilles sont utilisées pendant les cérémonies de mariage. Il existe un lien étroit entre les arbres Nagi et les sanctuaires de Kumano. On raconte qu’autrefois, les fidèles emportaient avec eux un brin de Nagi lors de leur pèlerinage pour un voyage en tranquilité.

高森

Takamori, la haute forêt, surnommé le « village du vent », est une petite communauté blottie au pied du volcan géant Aso, au sud-ouest de la gigantesque caldeira. En 2013, l’endroit a été classé parmi les Plus beaux villages du Japon. Sa proximité avec le mont Aso lui fait bénéficier d’un décor naturel grandiose et verdoyant toute l’année. Culturellement, les légendes d’Amaterasu occupent une place importante dans la tradition locale

蛍火の杜へ

Kamishikimi est resté inconnu jusqu’à ce que Yuki Midorikawa édite le manga Hotarubi no mori e (Vers la forêt des lucioles) en 2002. L’histoire a été adaptée en un court métrage d’animation en 2011, avec le sanctuaire de Kamishikimi Kumanoimasu comme décor. 


Share This Post

Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils