Regards

Les temples des montagnes de Wudang

Les temples des montagnes de Wudang

æ­Šç•¶ć±± Wǔdāng shān ; est cette chaĂźne de montagnes millĂ©naires qui s’étend sur 400 kilomĂštres Ă  la frontiĂšre entre le bassin du Fleuve Jaune et le bassin du Yangtze.

Cons­truits au fil des dynasties Yuan (1276-1368), Ming et Qing (1644-1911), huit palais, deux monastĂšres et trente six temples s’étagent le long du massif. À mi-chemin du sommet, les temples de Nanyuan se joignent par des dĂ©dales de chemins de pierre filant, contournant et gravissant les flancs de la montagne.

Inscrits depuis 1994 au patrimoine mondial de l’UNESCO, les premiers temples datent de la dynastie des Tang (618-1279), mais la plupart des bñtiments fut construit comme un ensemble sous le rùgne de Zhu Di (dynastie Ming, 1413).

Les Ă©difices des montagnes de Wudang tĂ©moignent d’un art et de techniques architecturaux remarquables et reprĂ©sentent l’apogĂ©e de l’architecture et de l’art chinois sur une pĂ©riode de prĂšs d’un millĂ©naire. GĂ©nĂ©reusement dotĂ©s par les empereurs successifs, ils sont reprĂ©sentatifs des bĂątiments religieux et sĂ©culaires Ă©troitement liĂ©s Ă  l’essor du taoĂŻsme en Chine. Ce complexe architectural taoĂŻste bien conservĂ©, s’étendant sur une vaste superficie constitue un terrain d’une grande importance tant pour l’étude de la vie politique au dĂ©but de la dynastie des Ming que pour l’histoire de la religion en Chine.

Une centaine de moines peuplent ces montagnes. Ils continuent de pratiquer leurs rites religieux et assurent la préservation des édifices.

çŽ«éœ„ćźź Zǐxiāo Gƍng

Le palais Zixiao ou Temple du nuage violet, debout sur le pic Zhanqi, a Ă©tĂ© construit en 1119–26, reconstruit en 1413 et agrandi en 1803–20. Il se compose de plusieurs salles et statues taoĂŻstes, notamment la salle du dragon et du tigre, la salle du ciel violet, la salle Est, la salle Ouest, la salle des parents et la falaise du prince. La salle du ciel violet est entourĂ©e de statues de Zhen Wu Ă  diffĂ©rentes Ă©tapes de sa vie. Les statues des parents de Zhen Wu reposent dans la salle des parents. Sur le cĂŽtĂ© gauche se trouve la divinitĂ© chinoise Guanyin, et Ă  droite se trouve la mĂšre Shouzi Ă  qui les couples prient traditionnellement pour les fils. La salle abrite Ă©galement des reliques culturelles, dont certaines remontent au 7Ăšme siĂšcle, y compris la lame du croissant du dragon vert.

æ­Šćœ“é‡‘éĄ¶ Wǔdāng jÄ«n dǐng

Le Sanctuaire d’or, en rĂ©alitĂ© au toit de cuivre, est situĂ© au sommet du pic Tianzhu duquel Zhenwu, au terme de son ascĂšse, s’envola pour le ciel. Il a Ă©tĂ© construit en l’an 14 du rĂšgne Yongle (en 1416). Selon l’histoire locale, la pavillon a Ă©tĂ© forgĂ© Ă  pĂ©kin puis, transportĂ© Ă  Wudang Shan. Haute de 5,54 mĂštres et large de 5,8 mĂštres, la salle a une profondeur de 4,2 mĂštres. Sa fondation est posĂ©e avec des grĂšs. Ses tuiles, ses chevrons, ses piliers, ses poutres et ses portes sont tous composĂ©s de piĂšces de bronze, dont le poids total atteint plus de 80 tonnes. Ses doubles toitures aux angles relevĂ©s sont ornĂ©es de sculptures d’ĂȘtre immortels et d’animaux rares. Le pavillon d’or abrite une statue de bronze de l’empereur Zhen Wu (dieu taoĂŻste stellaire qui gouverne le ciel septentrional) avec autour de nombreuses statues en cuivre dorĂ©.

Avant d’atteindre la sommet, on traverse la « citĂ© pourpre » entourĂ©e d’une muraille d’enceinte longue de 1,5 km, dressĂ©e avec des grandes dalles. Les quatre portes de pierre sculptĂ©es sont ouvertes vers les quatre directions.

çœŸæ­Šć€§ćž Zhēnwǔ dĂ dĂŹ

L’empereur Zhenwu est un dieu taoĂŻste stellaire qui gouverne le ciel septentrional. Il a Ă©galement une fonction militaire et est assimilĂ© Ă  l’Empereur du Nord Bei Di.

Son nom d’origine, 玄歊 XuĂĄnwǔ, est celui de l’ensemble des sept maisons astrales du nord dans le zodiaque chinois. C’est une combinaison de deux caractĂšres : 

玄 xuán
mystérieux, obscur, incroyable
æ­Š wǔ
militaire, martial
真 zhēn
vraiment, réellement, vrai, véritable

XuĂĄn Ă©voque le ciel. Wǔ vient du fait qu’on distingue dans les astĂ©rismes xuanwu la forme d’une tortue dont la carapace Ă©voque une armure. Cette connotation n’est pas Ă©trangĂšre Ă  la faveur que lui a accordĂ©e l’empereur Yongle des Ming qui l’apprĂ©ciait comme dieu guerrier. Le caractĂšre 玄 xuĂĄn fut par la suite changĂ© pour ne pas enfreindre le tabou portant sur le nom de l’alchimiste divinisĂ© 趙玄郎 ZhĂ o XuĂĄnlĂĄng. On choisit pour le remplacer le caractĂšre 真 zhēn, vĂ©ritable.

La coutume voulait que les empereurs donnent un titre Ă  leurs divinitĂ©s de prĂ©dilection. Zhenwu reçut son titre de grand empereur (ć€§ćž dĂ dĂŹ) en 1303 sous la dynastie Yuan.

La tortue noire du Nord ou guerrier noir est l’un des quatre animaux totems des orients et du zodiaque chinois. C’est aussi l’un des cinq animaux fantastiques de la thĂ©orie des cinq Ă©lĂ©ments.

Dominique Clergue
Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils