ψυχή 

πέφυκεν ἡ πτεροῦ δύναμις τὸ ἐμβριθὲς ἄγειν ἄνω …

C’est la force naturelle de l’aile de mener vers le haut ce qui est pesant … nous dit Platon dans Phèdre.

La psyché joue dans l’existence terrestre un rôle absolument effacé ; repliée sur elle-même en une sorte de sommeil, matière subtile sans siège distinct, elle ne se manifeste que pour se séparer du corps et s’exhaler comme un souffle, psuchè, par la bouche avec le dernier soupir.

article Psychè de Georges Nicole in Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines

En grec, le premier sens du nom féminin ψυχή, psuchè, est souffle, du verbe ψύχω, psuchô, faire passer un souffle sur. Il désigne le souffle de la vie, l’âme, il signifie aussi papillon.

Ce qu’on appelle les papillons naissent des chenilles ; et les chenilles se trouvent sur les feuilles vertes, et spécialement, sur le légume connu sous le nom de chou. D’abord, la chenille est plus petite qu’un grain de millet ; ensuite, les petites larves grossissent ; elles deviennent en trois jours de petites chenilles ; ces chenilles se développent et elles restent sans mouvement ; puis elles changent de forme ; alors, c’est ce qu’on appelle des chrysalides ; et elles ont leur étui qui est dur. Quand on les touche, elles remuent. Elles sont entourées de fils qui ressemblent à ceux de l’araignée ; et l’on ne distingue à ce moment ni leur bouche ni aucune partie de leur corps. Après assez peu de temps, l’étui se rompt ; et il en sort, tout ailés, de ces animaux volants que nous appelons papillons.

Aristote in Histoire des animaux

L’âme enfermée dans le corps mortel, comme le papillon dans sa chrysalide, prend comme lui son vol au jour de la délivrance.

Les thèmes principaux de mes peintures sont les papillons et les fleurs. Ils se couplent en des instants sans fin, voilés d’incertitude, où chaque minute d’existence est constamment renouvelée. Je peux ressentir de la sincérité et de la candeur en observant la nature et les papillons. Papillon ici signifie ‘Psyché’ (du grec ‘ψυχή’) était ‘vie’ dans le sens de ‘souffle’, ‘esprit’, ‘âme’. Et finalement ‘ego’ dans le sens de ‘personnalité consciente’) Je peins donc des papillons dans mes œuvres représentant ces symboles: l’âme, l’esprit, «Numen» (la puissance de Dieu), mais aussi la beauté, le miroitement et la renaissance spirituelle. J’ai commencé à peindre des papillons car je sentais que, comme eux, je pouvais modifier et renouveler la forme , avec les chances illimitées découlant de la nature éphémère et transitoire du changement. Tout en peignant des papillons et en concentrant mon esprit sur la littérature concernant un tel thème, j’ai découvert leurs nombreuses significations symboliques. À travers mon travail, je veux exprimer mes impressions et mes sentiments combinés avec le symbolisme des papillons.

Hiroko Otake

化 huà

Tchouang-Tseu rêva qu’il était un papillon, voletant, heureux de son sort, ne sachant pas qu’il était Tchouang-Tseu. Il se réveilla soudain et s’aperçut qu’il était Tchouang-Tseu. Il ne savait plus s’il était Tchouang-Tseu qui venait de rêver qu’il était un papillon ou s’il était un papillon en train de rêver qu’il était Tchouang-Tseu.

Entre Tchouang-Tseu et un papillon, il doit bien exister une différence ! C’est ce qu’on appelle la transformation des choses.

Tchouang-Tseu in Discours sur l’identité des choses

La pensée chinoise interroge beaucoup plus le passage d’un état à un autre, que l’état lui-même. Si, dans le rêve du papillon, on se demande qui est qui. Et bien, cela n’a peut-être pas tellement de sens puisque Tchouang-Tseu n’est plus et que le papillon n’est plus non plus. Le temps les a avalés tous les deux et a procédé à un nombre incalculable de transformations (化 huà) depuis lors.

Je ne peins pas l’être, je peins le passage

Montaigne in Les Essais

Dans les nuits de lune
Tandis que chantait le coucou
Je rêvais d’être un papillon
Porté par le vent du printemps

李祯 Lǐ Zhēn, 1376 – 1452


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils