Share This Post

Regards

Lithophone de jade avec décoration de dragon

Lithophone de jade avec décoration de dragon, détail

磬 qìng

Dès le début de l’histoire chinoise, le rituel d’État était essentiel pour établir la légitimité du règne, et la musique a toujours fait partie intégrante de ces rites. La musique est considérée comme ayant un pouvoir de transformation sur le caractère d’une personne et sur les coutumes sociales. Depuis la dynastie Zhou, la musique fait partie du programme d’études pour former les futurs dirigeants et dirigeants. Les premiers classiques confucéens tels que le  Livre des Rites  fournissent des directives détaillées sur l’exécution de la musique rituelle pour différentes occasions. Dans les rituels d’État, chaque cérémonie d’offrande doit être accompagnée d’une représentation de différentes musiques, chants et danses rituelles.

Lorsque les Mandchous ont pris le contrôle de la Chine et établi la dynastie Qing, ils ont adopté le système rituel confucéen de la précédente dynastie Ming. Les dirigeants Qing ont apporté des modifications à divers aspects du rituel, rapprochant la musique des modèles anciens. En adoptant des rituels confucéens, les dirigeants Qing espéraient renforcer la légitimité de leur régime aux yeux de la population majoritairement chinoise. 

La pièce de la collection du musée RISD a été, selon son inscription, réalisée en 1761. Elle appartenait à l’origine à un ensemble de lithophones  (磬 qìng)  qui faisaient partie des efforts de l’empereur Qing pour rendre la musique rituelle plus appropriée et orthodoxe par rapport à dynasties antérieures.

Le qìng a des origines anciennes. Les premiers exemples remontent à la période néolithique en Chine. Alors que plusieurs variétés se sont développées au cours des siècles, la forme générale reste la même : une dalle de pierre est suspendue par une corde à travers le trou de suspension et frappée par un batteur pour faire du son. La taille et l’épaisseur du lithophone déterminent sa hauteur. Accorder l’instrument à la hauteur correcte est considéré comme extrêmement important dans la pensée confucéenne, car il symbolise l’harmonie et l’ordre dans le royaume.

编磬 biān qìng

Un qing arrangé, lithophone

Il n’y a qu’un seul qing dans la collection du musée RISD, bien que 16 qìng de différentes hauteurs aient souvent été accrochés en séquence sur un cadre (qìng arrangé), ou 12 qìng de différentes hauteurs accrochés individuellement sur un support (qìng unique). Le qìng RISD appartient à un ensemble de 12. Dans cet ensemble, chaque qìng correspond à un mois particulier du calendrier lunaire. Les inscriptions sur le RISD qìng précisent qu’il s’agit de la 10e pièce d’un ensemble réalisé la 26e année du règne de l’empereur Qianlong (1761). Au cours du 10e mois de chaque année, un qìng comme celui-ci était déstocké et frappé pour marquer la fin de chaque mouvement musical lors de cérémonies importantes.

Des deux côtés de ce qìng, des inscriptions sont entourées d’un décor élaboré peint en laque d’or. Deux dragons à cinq griffes flanquant le texte se disputent la perle flamboyante qui entoure le trou par lequel le lithophone serait suspendu. Les dragons planent parmi les nuages ​​en forme de  sceptre ruyi (qui ressemble au champignon sacré  lingzhi qui symbolise la prospérité et la longévité). Le texte est écrit en sceau, un style ancien qui date de la dynastie Qin (221-207 avant notre ère). Au dos du qing, un poème à quatre caractères explique la production et la signification historique de l’instrument.



Share This Post

Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils