forme

L’équilibre central

Dans l'entraînement du taijiquan, c'est principalement sur 中定 zhōng dìng que doit se concentrer le débutant. Pour stabiliser et consolider notre centre, il vous faut un enracinement ferme. Pour avoir de solides racines, nous devons d'abord consolider notre centre, ce qui suppose que nous ayons un bon équilibre. Pour nous équilibrer, nous devons apprendre à nous détendre, et permettre à notre souffle (氣 qì) de circuler souplement et naturellement dans notre corps.

Regarder à droite

Il s'agit là du même mouvement stratégique que Prendre garde à gauche. Cette fois, c'est vers la droite que vous devez chercher l'opportunité de faire un pas. Les objectifs de ce mouvement sont identiques à ceux de Prendre garde à gauche, et servent de la même façon à esquiver ou a se placer selon le meilleur angle pour attaquer l'adversaire.

Prendre garde à gauche

Prendre garde à gauche est communément utilisé pour esquiver une attaque. Grâce au pas de côté, il vous est possible de diriger l'attaque de l'adversaire vers le côté, empêchant toute nouvelle tentative de sa part.

Le pas en arrière

La stratégie du pas en arrière est exactement l'inverse de celle du pas en avant. Ce déplacement vous permet de vous échapper d'une situation d'urgence. Tui bu est souvent utilisé pour se replier face à une attaque, ménageant ainsi le temps de la guider et de la neutralise

Le pas en avant

En principe, le pas en avant est utilisé pour maintenir la distance avec un adversaire qui recule. Si vous voulez coller et adhérer, il vous faut maintenir une distance adéquate

Les cinq déplacements

Ces cinq mouvements sont communément appelés les cinq éléments (五行 wǔ xíng), ou les cinq pas (五步 wǔ bù). Dans une bataille, que ce soit pour l'attaque ou pour la défense, il est essentiel de se tenir à distance suffisante de son adversaire. De ce fait, tous les arts martiaux chinois enseignent à leurs élèves les manières d'avancer, de reculer et de s'écarter vers les côtés pour l'attaque, la retraite et l'esquive. Il en va de même pour le taijiquan.

Coup d’épaule

Kào est souvent traduit par épaule, coup d’épaule ou attaque corporelle. C’est la capacité de transférer la force directement de votre corps (le plus souvent le torse) à l’adversaire directement et violemment.

Coude

Ce caractère signifie tout simplement coude et à première vue, il semble étrange que les coudes ou les techniques de coude soient considérées comme ayant leur propre jìn. Mais si on reçoit un coup de coude, en particulier par un pratiquant d’un styliste interne qualifié, il devient évident qu’il y a une saveur particulière dans ce type de frappe.

Fendre

Liè est un caractère utilisé pour définir une force de division ou de déchirement.

Cueillir

Cǎi se traduit par ramasser ou cueillir comme cueillir un fruit dans un arbre.

Pousser

S’harmoniser avec la force de l’adversaire est un autre des dits secrets du taijiquan. Prendre la technique de poussée d’un adversaire et la pousser vers le bas et dans sa structure (jambes) le fera monter et le projettera s’il ne change pas de méthode et s’il continue à vouloir vous vaincre.

Presser

Jǐ est traduit par presser et correspond à une technique avec les mains qui se touchent, comme c’est le cas dans la séquence saisir la queue de l’oiseau de style Yang. 擠 signifie presser comme pour presser une orange. L’idée de jǐ jìn est de faire de la place autour de votre corps ou de celui de votre adversaire, ou des deux. Le mouvement du presser dans le style yang définit un espace arrondi entre la poitrine, les bras et et les paumes. Quand on serre cette balle avec les coudes vers l’intérieur, les paumes avancent comme si la balle changeait de forme.