Voir ce qu’elles sont vraiment

Souviens-toi que ces nobles vendanges sont le jus de la vigne, et que les robes pourpres de la fonction impériale sont la laine du mouton teinte du sang de la méduse. (…) Avoir cette perception, prendre possession des choses et les traverser de part en part afin de voir ce qu’elles sont vraiment, tel est ce qu’il convient de faire tout le temps, tout au long de notre vie quand les choses prétendent à notre confiance: les mettre à nu et saisir à quel point elles sont vaines, les dépouiller de la légende incrustée en elles.

Marc Aurèle in Pensées pour moi-même

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils