Lectures, Pratiques

Abrégé d’histoire du tai chi chuan

De nombreuses théories s’affrontent concernant les origines du tai chi chuan. On peut en retenir  que si les fondements de la pratique reposent sur des connaissances millénaires consubstantielles à l’identité de la chine ancestrale, la définition et la nomination du tai chi chuan en tant que tel sont relativement récentes.

1400
Portrait de Zhang Sanfeng
La tradition attribue l’invention du tai chi chuan au taoïste semi-légendaire Zhang Sanfeng, vers le début de la dynastie Ming (XIIIe-XIVe siècle).
1795
王宗岳 Wáng Zōngyuè, qui vécut sous les Qing (1644-1911), occupe une place importante dans l’histoire du tai chi chuan. Son livre A propos du tai chi chuan a beaucoup contribué à la propagation du nom de cette boxe et constitue son fondement théorique. Wang Zongyue transmit le tai chi chuan à Jiang Fa et ce dernier le transmit à Chen Changxing, habitant du village de Chenjiagou.
1600 – 1680
Portrait de Chen Wang Ting et Jiang Fa
陳王廷 Chén Wángtíng est le créateur du style de tai chi chuan qui porte son nom de famille: le style Chen. Les différentes écoles contemporaines de tai chi chuan (Yang, Wu, Sun) sont originaires ou héritières de la boxe de style Chen bien que les principes de cette boxe soient bien antérieurs.
1771-1853
Portrait de Chen Changxing
陳長興 Chén zhǎngxìng était un descendant de la 14e génération et maître de 6e génération de la famille Chen. Il fut un artiste martial influent et est surtout connu comme le maître de Yang Luchan. Une controverse demeure sur ce qu’il a effectivement enseigné à l’extérieur de la famille. Certains y voient l’influence d’un maître connu sous le nom de Jiang Fa, d’autres suggèrent que Chén zhǎngxìng a retravaillé les formes traditionnelles  de la famille  Chen dans son propre style.
1799 – 1872
Portrait de Yang Luchan (楊露禪, 1799 - 1872)
楊露禪 Yáng Lùchán apprit le tai chi chuan à Chenjiagou avec Chen Changxing. Il l’enseigna dans la ville de Yongnian, province du Hebei. Il modifia le style pour le rendre accessible au plus grand nombre et le transmit à ses descendants.
1837 – 1892
楊班侯 Yáng Bānhóu est le professeur de Wu Chuan Yau qui fonda le style Wu. C’est pourquoi le style Wu est très proche du tai-chi-chuan d’origine. Pour se différencier du tai-chi style Yang enseigné par Yang Chengfu, il se nomma Guangping Yang taiji.
1839 – 1917
Portrait de Yang Jianhou (杨健侯 )
楊健侯 Yáng Jiànhóu était le plus jeune fils de  Yáng Lùchán, et un professeur reconnu de tai chi chuan  à la fin de la dynastie Qing en Chine .Ses fils Yáng Chéngfǔ et 楊少侯 Yáng Shǎohóu furent aussi de célèbres professeurs de tai chi chuan.
1883 – 1935
Le maître de Tai Chi Yang Chengfu présente le fouet simple .
楊澄甫 Yáng Chéngfǔ fit évoluer son art tant dans la forme que dans la pédagogie afin de répondre aux besoins d’une société en évolution.Il travailla à rendre les techniques de l’école Yáng plus uniformes et accessibles. La forme de Yáng Chéngfǔ se caractérise par de larges mouvements exécutés à vitesse lente et constante.
Yáng Chéngfǔ eu de nombreux élèves qui continuèrent son œuvre de propagation tant en Chine qu’à travers le monde, tel que les maîtres renommés : Tung Ying Chieh, Chen Wei Ming, Li Ya Xuan et Cheng Man Ching. Il eu également quatre fils qui reprirent le flambeau familial: Yang Zhen Ming, Yang Zhen Guo, Yang Zhen Ji et Yang Zhen Duo.
1902 – 1975
Portrait de Cheng Man Ching
鄭曼青 Zhèng Mànqīng développa la forme en trente sept pas sur la base de la forme Yang traditionnelle. En 1949 il déménagea à Taïwan, puis en 1964 aux États-Unis, où il ouvrit une école à New York, devenant un acteur essentiel de la propagation du tai chi chuan en occident.

Le taiji a été créé pour accroître la santé et la longévité. Il est bien plus important de considérer son efficacité que de disserter sur ses origines historiques et les doutes qu’elle peuvent susciter.

La nouvelle méthode d’apprentissage personnel du Tai Chi Ch’uan selon Maître Cheng
Dominique Clergue
Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils