Traduction d’un article du New Yorker du 29 octobre 1973 intitulé Hold It !


Le 10 octobre, nous sommes allés à la fête la plus merveilleuse qui soit. Je n’aurais pas pu souhaiter mieux. Nous avons été invités par Henry Korman, notre ami architecte. Une centaine d’étudiants du professeur Cheng Man Ching, l’instructeur de taijiquan le plus célèbre du comté, lui ont organisé une fête d’adieu au sous-sol de l’auberge Hwa Yuan Szechuan, à East Broadway. Le professeur Cheng partait pour Taiwan ; Korman étudie le taichi.

Le 10 octobre, connu sous le nom de double dix, est un grand jour pour les Chinois car il célèbre le renversement des Mandchous et la fondation de la République.

Le taijiquan est un ancien exercice chinois ; il remonte à la fin de la dynastie Song (XIIe ou XIIIe siècle) mais trouve ses racines réelles dans les principes fondamentaux des sages chinois. Une série de mouvements exécutés de manière lente, détendue et fluide, le taichi est une pratique, de ce fait on ne peut pas le désigner comme une philosophie, mais il concerne de nombreux domaines de la science qui en Occident sont étudiés séparément, comme la physique et la physiologie. «En une seule phrase, le taichi est la culture chinoise en un seul mouvement», selon Tam Gibbs, un étudiant du professeur Cheng. C’est aussi un art martial, mais c’est le contraire de tous les autres arts martiaux. Le taichi met l’accent sur la douceur et la relaxation. «Si vous utilisez la force, vous deviendrez raide et perdrez la finesse de votre sensibilité», dit Tam Gibbs. Le professeur Cheng le nomme «Nager sur la terre ferme».

Le professeur Cheng a soixante-douze ans. Il a de longues moustaches retournées vers le bas à la manière traditionnelle chinoise et les cheveux coupés ras. Il enseigne la calligraphie ainsi que le taichi. C’est un peintre qui a exposé à New York et à Paris, et l’un de ses tableaux a été utilisé sur une carte de Noël de l’Unicef. En 1937, alors qu’il était président du Bureau provincial des arts martiaux de Honan, il a conçu une forme simplifiée de taijiquan, comptant trente-sept mouvements au lieu de cent vingt-huit, le nombre traditionnel. Il en a éliminé les mouvements répétitifs. La forme traditionnelle prend de vingt à trente minutes à exécuter, et la sienne prend de sept à dix minutes. Il a conçu son système pour préserver ce trésor de la culture chinoise en le rendant plus pratique. Le Henan est une province réputée pour les guerriers qu’elle produit, et les gens y pratiquent les arts martiaux comme une gymnastique quotidienne. « Chuan » signifie « boxe ».

Le professeur Cheng faisait un discours en chinois lorsque nous sommes arrivés à la fête. Nous étions un peu en retard et il était au milieu du discours. « Man Ching » signifie « à feuilles persistantes », mais quand le professeur Cheng eut cinquante ans, il décida que c’était un nom pour un enfant, alors il commença à s’appeler Homme à moustaches. À soixante-dix ans, il changea de nouveau de nom, et il se nomme maintenant Vénérables moustaches.

Le professeur Cheng se tenait à une extrémité du sous-sol. En plus de lui se trouvaient Ed Young et Tam Gibbs, deux de ses étudiants, qui faisaient office d’interprètes. Le professeur Cheng disait par l’intermédiaire d’Ed et Tam, qu’il voulait faire deux remarques. L’un était l’importance de saisir l’idée de continuité dans le temps tout en pratiquant le taiji. Si vous pouviez faire cela, dit-il, vous pourriez suivre le flux du mouvement sans y penser. La deuxième chose dont il voulait parler était l’équilibre. Il s’agissait de connaître le bon moment pour faire quelque chose. Il a parlé des balances chinoises, qui au lieu d’avoir deux casseroles, elles ont une casserole et un poids qui glisse le long d’une barre horizontale. Le poids est toujours le même poids, mais il peut équilibrer la balance simplement en glissant d’avant en arrière et en étant au bon endroit au bon moment. Le professeur portait une vieille robe chinoise à double boutonnage en soie noire, et il touchait ses favoris de temps en temps.

Ensuite, le professeur Cheng présenta deux invités d’honneur, un professeur de yoga nommé Swami Bua et un gourou bolivien nommé Oscar Ichazo, qui dirige une organisation appelée l’Institut Arica sur la Cinquante-Septième Ouest qui donne des cours de “réalisation de soi”. Oscar Ichazo a reçu beaucoup d’écrits ces derniers temps. Swami Bua a dit qu’il espérait que l’école Shr Jung Tai Chi Chuan – c’est le nom de l’école du professeur Cheng – grandirait “à pas de géant”. L’école a huit ans. Adresse: 87 Bowery. Le professeur Cheng est dans ce pays depuis 1964.

Ed Young nous a dit: « Maintenant, nous allons avoir un film. J’étais un peu perplexe à propos de montrer ce film, mais le professeur Cheng l’a vu chez quelqu’un un soir et il a dit qu’il l’aimait, alors nous allons le montrer. J’espère que cela ne vous coupera pas l’appétit. » Le film s’appelait « Bitter Melons », et c’était un documentaire d’une demi-heure sur les bushmen d’Afrique.

Après le film, tout le monde a tourné en rond pendant un moment et il ne s’est rien passé. Nous avons annoncé le menu Hwa Yuan Szechuan Inn montré sur un mur. Il comportait un plat appelé porc rôti glissant. Lou Kleinsmith, un enseignant de l’école Shr Jung dit « This seventh-inning kvetch. » Puis un serveur est apparu avec une grande caricature. « Here is the plasma », dit le serveur. Le dessin était rempli de quinte de scotch John Begg. La fête commença.

Un étudiant Oscar Ichazo demanda à Korman « Pourquoi as-tu commencé le taiji à Shr Jung ? »
« Parce que ça avait l’air amusant. »
« Non, mais qu’espériez-vous en retirer ? »
« Eh bien, j’aime m’amuser. »

La nourriture fut servie. Il a été demandé à tout le monde de ne pas trop manger de chaque plat, afin qu’il y en ait assez pour tous. Il y avait dix plats. « N’oubliez pas, » dit Kleinsmith « cette nourriture est pour votre palais, pas pour votre estomac. »

« Et si vous aviez un grand palais ? », demanda un buveur de scotch.
La nourriture était délicieuse et un plat que tout le monde pensait être du concombre de mer, s’est avéré être l’estomac d’un poisson. C’était visqueux et nous n’en avons pas mangé beaucoup. Nous avons fait le plein de poulet avec des noix et des poivrons rouges et verts.

Plus de scotch. J’ai rencontré une fille et lui ai demandé si elle voulait être interviewée. « Quel genre de questions voulez-vous poser?” a-t-elle demandé avec méfiance.
« Des questions personnelles » ai-je dit.
« Non, » dit-elle. « Qui est cette personne odieuse ? » a-t-elle demandé.

Conversation générale. Une grosse vague depuis Oscar. Oscar est assis à côté du professeur Cheng. Le professeur Cheng pousse le scotch d’Oscar. J’ai parlé à Oscar. Oscar me dit qu’il allait faire une grande annonce en décembre et qu’il aimerait nous parler en juin prochain. Un jeune en tweed s’est approché d’Oscar. « Je suis venu ici pour vous rencontrer», dit-il.
Oscar commença à exposer son globe oculaire gauche. C’est un exercice d’Arica, l’école d’Oscar. Cela s’appelle traspaso. Le professeur Cheng remarqua traspaso, il fit un signe de la main à Oscar et gloussa. “Non, non, non,” dit le professeur.

Oscar commença à parler au professeur Cheng. Il lui dit qu’il espérait faire une grande annonce en décembre. Le professeur Cheng hocha la tête et remplit le verre d’Oscar. Tam traduisit. Oscar dit: « Professeur Cheng, je dois être votre disciple le plus difficile. »

Tam traduisit. Le professeur Cheng a ri et a parlé en chinois. Tam traduisit. « Il a dit, je suis mon propre pire disciple. »

Oscar s’effondra et attrapa la main du professeur Cheng. «Maître», dit Oscar.
Le professeur Cheng gloussa. « La déclaration ! » dit Tam.

Tam sorti un Nikon et pris dix photos d’Oscar penché sur la main du professeur Cheng.
Puis vint le divertissement. Un mime nommé Renie Houtrides, vêtu d’un maillot rayé noir et blanc, fit un gourmand, une fête. Hilarant. Tam fit un discours. Il dit: « Professeur Cheng, nous étudions avec vous parce que vous êtes le seul homme que nous connaissons qui puisse dévisser l’insondable. »
Le professeur Cheng se leva pour répondre. Il dit que c’était une bonne fête mais que personne ne buvait assez.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils