Lectures, Regards

L’Autre Visage

L’Autre Visage

Dans son Ɠuvre Automat, rĂ©alisĂ©e en 1927, Edward Hopper reprĂ©sente une jeune femme seule dans une sorte de cafĂ©tĂ©ria amĂ©ricaine, un Automate lieu oĂč les gens pouvaient directement acheter leur nourriture auprĂšs de machines. Le titre de la toile crĂ©e un parallĂšle entre le lieu oĂč se dĂ©roule la scĂšne et la jeune femme qui pourrait ĂȘtre elle aussi un automate avec ses yeux sans expression et son geste mĂ©canique.

La solitude de la jeune femme est renforcĂ©e par le fait que  le peintre a choisi de mettre en Ă©vidence une chaise vide en face d’elle. Seule la coupe de fruit tranche par ses couleurs vives. GrĂące au reflet de la vitre, Hopper fait disparaĂźtre la rue derriĂšre la femme laissant la place Ă  une immense Ă©tendue de nuit oĂč ne se reflĂštent que les lampes de l’automat.

Ce qui ne peut danser au bord des lĂšvres s’en va hurler au fond de l’Ăąme

Christian Bobin in L’Autre Visage

L’Ɠuvre est froide, ses couleurs, la lumiĂšre faite par des nĂ©ons, l’organisation de la scĂšne, les vĂȘtements de la femme accentuent ce sentiment mĂȘme si la cafĂ©tĂ©ria a un radiateur en fonte. La jeune femme, perdue dans ses pensĂ©es, est au centre de la toile. Tout converge vers elle et intensifie sa sĂ©paration avec le monde et semble ne pas pouvoir en sortir.

La rivalitĂ© des deux couleurs, rose divers et noir partout Ă©gal, exprime ce qui est sans doute le sujet profond du tableau, comme celui de bien d’autres Ɠuvres d’Edward Hopper, le conflit des forces de vie, qui font que le personnage s’obstine Ă  attendre, qu’il maintient son intĂ©gritĂ©, et d’une force de destruction, qui suscite le dĂ©couragement, qui le rĂ©duit Ă  n’ĂȘtre qu’un figurant accordĂ© au gĂ©nie du lieu, d’un de ces lieux urbains, banals et impersonnels, que choisit de peindre l’artiste qui se veut le tĂ©moin de la transformation de la sociĂ©tĂ© amĂ©ricaine.

L’immobilitĂ© et l’hĂ©bĂ©tude du personnage tĂ©moignent de sa rĂ©ification, font qu’il paraĂźt en peinture ce que le titre du tableau affirme qu’il est devenu Ă  force d’absence Ă  lui-mĂȘme, un « automate ».

Dominique Clergue
Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils