Share This Post

Regards

Le baiser du dragon

Toits de la Cite interdite sous la neige

螭吻 chī wěn

La bouche (吻 wěn) du dragon sans cornes (螭 chī) est, dans la mythologie chinoise, l’un des Neuf fils du dragon (龍生九子 Lóng shēng jiǔzǐ). Il est représenté dans des décorations de toits impériaux et d’autres motifs ornementaux dans l’architecture et l’art traditionnels chinois .

螭首 chī shǒu et 螭頭 chī tóu, tous deux signifiant littéralement tête de dragon sans corne, sont des ornements architecturaux similaires, comparables aux gargouilles occidentales.

Il y a plus de 1 000 螭首 chī shǒu sur les hautes plateformes des trois grandes salles de la Cité Interdite. Parmi les nombreuses têtes de dragon sans cornes ou gargouilles, celles situées aux angles des hautes plateformes sont plus grandes, tandis que d’autres sont plus petites. En plus de leur rôle décoratif, ces gargouilles peuvent également être utilisées comme drains les jours de pluie pour évacuer l’eau de pluie. Quand il pleut abondamment, elles donnent vie à Qianlong pulvérisant l’eau.

螭吻 chī wěn peut également s’écrire 鴟吻 chī wěn, utilisant le caractère homophonique 鴟 chī qui signifie hibou, oiseau de proie. La queue de hibou (鴟尾 chī wěi) et le faîte de toit de hibou (鴟甍 chī méng ) sont des décorations de toit en forme d’oiseau.

Les Neuf Dragons (九龍 jiǔ lóng ), qui sont des créatures mythologiques traditionnelles, sont devenues des décorations architecturales traditionnelles du feng shui. Chacun des neuf dragons a une fonction protectrice. Les neuf dragons sont également utilisés dans de nombreux noms de lieux à Hong Kong , tels que Kowloon , signifiant littéralement “neuf dragons” en cantonais ( 九龍 jiǔ lóng), ainsi que de nombreux lacs, rivières et hameaux en Chine continentale.

Selon un livre nommé 五雜組 Wǔzázǔ écrit par Xie Zhaozhi (謝肇淛, xiè zhàozhì) vers la fin de la période Ming : Les chiwen , qui aiment avaler, sont placés aux deux extrémités des faîtages des toits pour avaler toutes les mauvaises influences.

螭吻 chī wěn a d’abord était nommé 鴟尾 chī wěi sous la dynastie Jin (266-420 EC). La légende décrit une sorte de poisson de mer dont la queue pour pulvérisait les vagues afin de provoquer des précipitations. 

L’architecture ancienne chinoise usait de structures en bois, qui devaient être particulièrement protégées contre les incendies. C’est pourquoi, ce sont des décorations en forme de queue de poisson qui ont été placées sur les crêtes des toits.

Le joint du faîte et de l’avant-toit est souvent susceptible de fuir, c’est pourquoi chiwei agit comme un clou pour renforcer le faîte des toits, protéger les deux extrémités et empêcher la pluie de s’infiltrer.

Share This Post

Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie
%d blogueurs aiment cette page :