Non classé

Le rôle de la poésie dans la peinture chinoise

Le rôle de la poésie dans la peinture chinoise

La relation symbiotique entre la peinture et la poésie dans l’art chinois est une relation qui s’étend sur des siècles, englobant la peinture classique des temps anciens et, plus récemment, des œuvres novatrices d’artistes modernes et contemporains. 

文人畫 wénrén huà

La peinture (画 huà) des lettrés (文人 wénrén) est devenue très prisée sous la dynastie Ming, avec les Quatre Maîtres – Wén Zhēngmíng, Táng Yín, Shěn Zhōu et Qiú Yīng – célébrés non seulement pour leurs peintures, mais aussi pour leurs poésies. Après avoir terminé une peinture, ces artistes renommés écrivaient un poème d’accompagnement qui résumaient leur état d’esprit et les émotions qu’ils avaient exprimés dans leurs œuvres. Ces poèmes peuvent être décrits comme une saveur ajoutée qui aide le spectateur à saisir le sentiment de l’artiste pendant le processus de création.

文徵明 Wén Zhēngmíng (1480-1559)

Des quatre maîtres, Wén Zhēngmíng fut le plus complet et le plus exceptionnel des savants, et ses œuvres symbolisent les techniques rigoureuses de la peinture et de la calligraphie traditionnelles chinoises. Un bon exemple est Rassemblement dans les montagnes profondes, sur lequel il a inscrit un poème qui améliore l’ambiance visuelle de la peinture et exprime également ses sentiments personnels.

恽寿平 Yùn Shòupíng (1633-1690)

Paysage en quatre saisons, Yun Shouping (1633-1690).
Paysage en quatre saisons, Yùn Shòupíng (1633-1690). Un ensemble de quatre rouleaux suspendus, encre et couleur sur soie. Chaque rouleau s’inscrit d’un poème et est signé, avec au total neuf sceaux de l’artiste.

La peinture littéraire a continué à prospérer à travers la dynastie Qing et dans Paysage en quatre saisons, Yùn Shòupíng dépeint le paysage changeant associé aux saisons qui passent et écrivit un poème pour chacune d’elles.

En plus d’approfondir et d’améliorer notre compréhension de l’art, la poésie a une fonction visuelle supplémentaire. Dans la peinture de paysage traditionnelle chinoise, par exemple, l’utilisation d’espace blanc signifie que l’ajout de poésie permet d’enrichir et d’équilibrer la composition sans la surcharger. Même ceux qui ne savent pas lire les caractères chinois sont capables d’apprécier l’effet visuel de la poésie en tant que partie intégrante de la composition du tableau.

Les peintures de la cour impériale

石渠宝笈 Shíqú Bǎojí

Trois fruits par l'empereur Qianlong
Trois fruits par l’empereur Qianlong

L’empereur Qianlong de la dynastie Qing a commencé la compilation du Shíqú Bǎojí, un traité historique qui comprenait le catalogage de la collection impériale, dans le cadre d’un effort concerté pour organiser et rechercher la vaste gamme d’art et d’antiquités de la cour.

Ces peintures auraient été transmises par les collections des tribunaux antérieurs et auraient inclus des offrandes faites par des fonctionnaires à l’empereur. L’empereur Qianlong a soutenu des artistes, les nommant pour servir de peintres de la cour, où ils étaient chargés d’enregistrer les détails de la journée. la vie quotidienne dans les chambres impériales.

董邦达 Dǒng Bāngdá (1696-1769)

Le printemps au pays des fleurs de pêcher de Dǒng Bāngdá est l’une de ces peintures commandée par l’empereur Qianlong. Comme son titre l’indique, la peinture dépeint l’épanouissement des fleurs de pêcher un matin de printemps précoce. La signature de l’artiste est exécutée soigneusement, il exprime son profond respect de voir cette œuvre devait faire partie de la collection de l’empereur.

宗蒼張 Zōng Cāngzhāng (1686-1756)

Rêve de l'atelier de grue, rouleau suspendu, encre et couleur claire sur papier, Zhang Zongcang
Rêve de l’atelier de grue, rouleau suspendu, encre et couleur claire sur papier, Zōng Cāngzhāng. Signé, avec deux sceaux de l’artiste. Inscrit d’un poème de l’empereur Qianlong (1711-1799), avec un sceau. Daté au début de l’automne, année wuzi (1768). Neuf sceaux de collection impériaux: huit de l’empereur Qianlong et un de l’empereur Jiaqing (1760-1820).

Les caractéristiques du cachet

Les écrits de l’empereur Qianlong comprenaient de la poésie pour accompagner des peintures spécifiques, comme le Rêve de l’atelier de la grue de Zōng Cāngzhāng. L’empereur Qianlong a écrit un poème basé sur son appréciation du travail. En écrivant directement sur la peinture, il a également apposé plusieurs sceaux différentsn, ces sceaux symbolisant l’approbation ultime de la cour impériale.

Peinture et poésie à la limite de l’abstraction

Pendant la dynastie Qing, de nombreux lettrés de la dynastie Ming récemment renversée se sont efforcés de maintenir une distance par rapport à la cour Qing, certains optant même pour une vie d’isolement.

L’empereur Yongle (1402-1424), parvenu au pouvoir à la faveur d’une usurpation, s’emploie à écarter les autres membres de la famille impériale des responsabilités politiques. Ces derniers se réfugient dans des activités peu compromettantes, telle la littérature. Certains deviennent même d’éminents littérateurs, comme les dramaturges Zhū Quán (1378-1448) et  Zhū Yǒudùn  (1379-1439).

朱耷 Zhū Dā

Zhū Dā, surnommé Bādà Shānrén, descendant de la dynastie Ming par le prince  Zhū Quán, se réfugia dans un monastère bouddhiste isolé. Son style pionnier, qui a eu une profonde influence sur les générations d’artistes suivantes, a combiné la poésie et la peinture d’une manière que l’on pourrait qualifier d’abstraite.

Paysages et fleurs, album de six feuilles, encre sur papier, Bada Shanren
Paysages et fleurs, album de six feuilles, encre sur papier, Bada Shanren

張騫 Zhāng Qiān fut un explorateur et envoyé impérial chinois du IIe siècle AEC, à l’époque de la dynastie Han. Il fut le premier diplomate officiel à ramener des informations fiables d’Asie centrale à la cour de l’empereur Han, Wudi (141-87 AEC). Il joua un important rôle de pionnier dans la colonisation et la conquête par la Chine de la région appelée aujourd’hui Xinjiang. Les récits de ses explorations en Asie centrale sont consignés dans les Mémoires du grand historien compilées par Sima Qian au Ier siècle AEC.

L’une des feuilles de l’album Paysages et fleurs de Bādà Shānrén montre des raisins peints dans un style abstrait aux côtés d’un poème décrivant le voyage vers l’Ouest de Zhāng Qiān. Ses peintures contiennent souvent des significations cachées qui permettent de mieux comprendre le contexte historique et culturel de l’œuvre.

La peinture moderne et contemporaine

La poésie continue de jouer un rôle important dans les peintures modernes cet contemporaines pour communiquer des idées et l’état d’esprit de l’artiste.

張大千 Zhāng Dàqiān (1899-1983)

Érudit solitaire dans les bois d'automne. Rouleau, monté et encadré, encre et couleur sur papier, Zhang Daqian
Érudit solitaire dans les bois d’automne. Rouleau, monté et encadré, encre et couleur sur papier, Zhāng Dàqiān

Les peintures de Zhāng Dàqiān ont pour sujets aussi bien des roturiers que des membres de la haute noblesse. Dans l’Érudit solitaire dans les bois d’automne il utilise la poésie comme un moyen d’exprimer les sentiments des deux, tout en révélant son propre état émotionnel – dans ce cas, son sentiment d’isolement et d’être loin de la maison.

刘丹 Liú Dān (né en 1953)

La roche-grotte céleste du lettré, 2016, Liu Dan
La roche-grotte céleste du lettré, 2016, Liu Dan

L’artiste contemporain chinois Liú Dān construit un pont plus évident avec la peinture traditionnelle du passé, ajoutant un long poème à son œuvre de 2016, La roche-grotte céleste du lettré, qui sert à équilibrer visuellement la composition. En fusionnant les éléments traditionnels de la peinture classique avec la créativité moderne, Liú Dān crée ce qui pourrait être décrit comme la principale évolution du style de l’encre contemporaine.


Dominique Clergue
Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils