Share This Post

Regards

La société de peinture des sept amis

La société de peinture des sept amis

Exposition organisée au Musée national d’histoire de Taiwan

L’association de peinture des sept amis (七友畫會 qī yǒu huà huì) a été créée en 1955 par sept calligraphes et peintres, dont 馬壽華 Mǎ Shòuhuá, 陳方 Chén Fāng, 陶芸樓 Táo Yúnlóu, 鄭曼青 Zhèng Mànqīng, 劉延濤 Liú Yántāo, 高逸鴻 Gāo Yìhóng et 張穀年 Zhāng Gǔnián. A l’occasion du 50e anniversaire de cette société de peinture, une exposition commémorative a été organisée au Musée national d’histoire de Taiwan, en espérant qu’à travers cette exposition, le public puisse réexplorer le style et les caractéristiques de cette époque.

Ces amis, en plus d’être de grands professionnels, ont perpétué la tradition des lettrés dans un monde chaotique. Ils ont connu la fin de l’empire, le début de la république, les guerre, l’avènement du communisme, l’exil, l’occupation japonaise.

丹青自成千秋約,水墨題詠七友會

La peinture et la calligraphie font partie de la vie des lettrés et des érudits.  C’est un art qui a des traditions profondes et des caractéristiques culturelles spécifiques. La calligraphie et la peinture érudites se concentrent sur le pinceau et l’encre, le charme, la conception artistique, le style, l’esprit traditionnel, etc. Pour apprécier l’art de la calligraphie et de la peinture, en plus de se confronter aux fines techniques des calligraphes et des peintres, il faut s’intéresser également de tout l’arrière-plan idéologique et culturel. Les membres de l’association ont des vues similaires sur la calligraphie et la peinture, ils privilégient le style des lettrés, qui est devenu un indicateur important de la calligraphie et de la peinture à cette époque. 

En observant la peinture à l’encre de l’époque, on voit qu’elle est basée sur les quatre gentilshommes (花中四君子 huā zhōng sìjūnzǐ), suivis des fleurs et des oiseaux ; les paysages y sont rares. L’œuvre du peintre reflète son monde intérieur. Les œuvres des sept héritent du charme ancien des dynasties Qin et Han, avec un style (格調 gé diào) élevé et une inspiration artistique de grande envergure, toujours nouvelle et riche de pensées philosophiques. De plus, tous ont un talent littéraire assez remarquable ; l’esprit littéraire est dans la plume, le charme est dans le papier ; les lettrés se font des amis, chantent les uns avec les autres, se rassemblent régulièrement avec élégance et s’échangent les techniques de peinture. 

En regardant ses œuvres, on y voit souvent des poèmes ou des inscriptions. Les poèmes et les peintures constituent un ensemble exprimant la nature littéraire des œuvres et le travail du pinceau et de l’encre. 

La simplicité et l’aisance sont privilégiés, le paysage naturel est considéré comme une manifestation des pensées et de la subjectivité du peintre.

馬壽華 Mǎ Shòuhuá – 1893~1977

Ma Shouhua est né dans le comté de Guoyang, province d’Anhui. Diplômé de la faculté de droit du Henan. De 1915 à 1927, il a été procureur du parquet supérieur du Henan, directeur du parquet local de Hankou et directeur du département des affaires générales du département de l’administration judiciaire du gouvernement national de Nanjing. Après son arrivée à Taïwan en 1947, il a été membre du gouvernement provincial de Taïwan, agissant en tant que directeur du département des finances du gouvernement provincial de Taïwan, président du tribunal administratif, président du comité de discipline de la fonction publique, il est membre du comité de révision du groupe de peinture chinoise de l’exposition d’art provinciale de Taiwan, président du Taiwan Land Bank, membre du Conseil du Co-Conseil du Musée national du Palais et membre du Comité de gestion, et Conseiller en politique nationale du Cabinet présidentiel. 

En 1958, il a rejoint La société de peinture des sept amis. Il a ensuite défendu l’art avec enthousiasme, participé à diverses activités artistiques et culturelles et est devenu le premier président de l’Association chinoise des arts de l’Académie chinoise des sciences.

Ma Shouhua était doué pour peindre paysages, fleurs et bambou ; il pratiquait également la peinture au doigt.

陳方 Chén Fāng 1897~1962

Cette vidéo présente quelques œuvres réalisées par les peintres de La société de peinture des sept amis. Notamment le Bambou de Chen Fang. Les bambous qu’il peint s’inscrivent dans la tradition des dynasties Song et Yuan en étant empreint de son interprétation. Ce Bambou a été fait après qu’il ait été malade, ses mains tremblaient souvent et il ne savait plus dessiner. Alors que les sept amis étaient réunis, ils lui ont demandé de le peindre à nouveau.

熟後生

Il a donc utilisé cette main légèrement tremblante pour dessiner le bambou. Il ne pensait pas après l’avoir peint qu’il fut réussi. C’est pourquoi il ne s’attendait pas à ce que M. Zheng Manqing soit le premier. à venir à lui pour le féliciter. Il lui dit que sa peinture maintenant était née après la maturité, et naître (生 shēng) après (後 hòu) avoir cuit (熟 shú) est très particulier.

Un peintre se doit d’être habile, de sorte que la réalisation de ses œuvres semble aisé, mais la manifestation d’une trop grande habilité peut abaisser l’œuvre comme la réplication d’une tâche par un robot . Lorsque Zheng Manqing se réfère à l’expression 熟後生 shú hòu shēng, Chen Fang compris qu’à cause de ses mains devenues maladroites, il a alors peint comme juste comme cela. Peut-être n’est ce pas un très beau travail pour lui , mais c’est à cause de cette chose naissante, qu’il a soudainement gagné les éloges des autres.

Cela rappelle à beaucoup de peintres qu’ils ne doivent pas se laisser immerger dans une certaine technique et la reproduire encore et encore lorsqu’ils peignent. Parce que chaque tableau doit avoir une vie différente. Cru et cuit sont les deux parties de cette technique. Du cru au cuit, mais n’oubliez pas qu’un bon peintre doit savoir aussi passer du cuit au cru.

Cette vidéos évoque également une petite peinture de paysage, Les falaises de Qingshui de M. Zhang Gunian. Dans son tableau, vous pouvez voir que le coin inférieur gauche du tableau est empli de vagues déferlantes, et le côté droit passe par une petite courbe, comme si vous traversiez montagnes au prés et au loin, vous pouvez en sentir la force naturelle, Comparé à l’élégant “Bambou” de Chen Fang ces falaises montre la majesté de la terre de Taiwan.

陶芸樓 Táo Yúnlóu 1898~1964

Tao Yunlou était originaire de Shaoxing, Zhejiang. Dans sa jeunesse, il voyagea avec sa famille dans le Fujian et s’installa à Rongcheng. Il maîtrisait la poésie et la prose, était doué pour la calligraphie, la peinture et la gravure de sceaux. Dans ses premières années, il organisa des expositions d’art à Pékin, Shanghai, Fujian et Zhejiang. Ses meilleurs poèmes ont été publiés à plusieurs reprises.

Tao Yun Lou est arrivé à Taiwan à l’hiver 1947. À l’invitation d’un ami taïwanais Lin Xiongxiang, il amena sa famille à Taïwan pour organiser une exposition de peinture et de calligraphie ; ils s’installèrent à Keelung.

En 1948, il rejoint la société Océan (瀛社 yíng shè) et la société de poésie du Pavillon des fèves (薇閣詩社 wēi gé shī shè). En 1949, il rejoint la société de chant de la grande unité (大同吟社 dà tóng yín shè). Il fut par la suite rédacteur spécial pour le “Comité documentaire de la ville de Keelung”, où il montre son talent en poésie et en histoire. À l’automne 1950, l’Association de recherche sur les beaux-arts de Keelung fut créée et Tao Yunlou fut recommandé comme président. Au printemps 1954 , il devint membre de la Société de peinture des sept amis.wēi gé shī shè). En 1949, il rejoint la société de chant de la grande unité (大同吟社 dà tóng yín shè). Il fut par la suite rédacteur spécial pour le “Comité documentaire de la ville de Keelung”, où il montre son talent en poésie et en histoire. À l’automne 1950, l’Association de recherche sur les beaux-arts de Keelung fut créée et Tao Yunlou fut recommandé comme président. Au printemps 1954 , il devint membre de la Société de peinture des sept amis.

Bai Xuelan résumait l’art de Tao Yunlou en quatre points :

  1. Imiter le style de peinture des anciens, tels que Shi Tao.
  2. Rédiger une inscription sur le tableau qui révélera directement la source du style.
  3. Avoir la peinture de paysage comme source principale de la création.
  4. Créer dans un style naïf et ciel tranquille (天澹天真 tiān dàn tiān zhēn).

Tao Yunlou peut être considéré comme l’initiateur de la peinture à l’encre traditionnelle à Keelung.

鄭曼青 Zhèng Mànqīng 1902~1975

Cheng Man Ching reste dans la mémoire de tous comme le maître aux cinq excellences de par sa maîtrise de la calligraphie, de la poésie, de la peinture, de la médecine et du taijiquan.

Peintre et calligraphe célèbre dès sa jeunesse, il obtient en 1922, le poste de professeur de littérature aux Universités de Pekin et de Shanghai et fut nommé à la tête du Département de Peinture Traditionnelle Chinoise à l’Académie des beaux-Arts de Shanghai. Ses œuvres sont aujourd’hui exposées au Palais National de Taïwan.

劉延濤 Liú Yántāo 1908~1998

Liu Yantao est né dans le comté de Gong, province du Henan, fut commissaire de surveillance de la République de Chine. Il aida Yuren à éditer un ouvrage sur les normes de l’écriture cursive (標準草書 biāo zhǔn cǎo shū) et écrivit une Théorie générale de l’écriture cursive (草書通論 cǎo shū tōng lùn). En 1955, il participa à la formation de la Société de peinture des sept amis. Il fut l’un des rares maîtres anciens à pouvoir allier poésie, calligraphie et peinture. Comme Zhang Daqian et Zheng Manqing, il avait une belle barbe ; ils étaient connus sous le nom des Trois barbes en peinture (畫壇三髯 huà tán sān rán).

高逸鸿 Gāo Yìhóng – 1908~1982

Gao Yihong, originaire de Lin’an, Zhejiang était déjà actif dans le monde de la peinture dans ses premières années et il a cofondé la Société de peinture et de calligraphie de Tianfeng (天风书画社 Tiānfēng shūhuà shè) avec Bai Jiao, Tang Yun et Lai Chusheng. Il devient membre de plusieurs associations de peinture telles que la Société de peinture des sept amis (七友画会 qī yǒu huà huì), et entretient des contacts étroits avec des peintres tels que Zhang Daqian et Huang Junbi. Après 1949, il traversa la mer pour Taïwan.

À l’âge de neuf ans, il était reconnu comme un prodige. Il excelle dans les fleurs, les plumes, les insectes, les poissons et les animaux. Il est également doué dans les quatre styles de calligraphie (中國書法 zhōng guó shū fǎ) : l’écriture régulière (楷書 kǎi shū), l’écriture sigillaire (篆書 zhuàn shū), l’écriture des scribes (隸書 lì shū) et l’écriture herbe (草書 cǎo shū).

張穀年 Zhāng Gǔnián – 1905~1987

Zhang Gunian est né à Wujin, Jiangsu. Il étudia la peinture avec son oncle Feng Chaoran, célèbre peintre de style shanghaien et étudie la prose ancienne classique avec Zhu Qiting et Wang Tongyu. Il copie également des peintures des dynasties passées chez les collectionneurs shanghaiens Pang Zhiji et Li Ping, se créant ainsi une base solide pour la peinture. Après les années 1940, il est progressivement passé de la copie vers l’esquisse. En 1943, il a tenu sa première exposition personnelle de calligraphie et de peinture à Shanghai. Ses œuvres de copie et d’esquisse ont été exposées ensemble, elles ont attiré beaucoup d’attention. En 1949, avec le déménagement du gouvernement à Taïwan, il continue à créer pendant son temps libre. En 1955, il forme la Société de peinture des sept amis, ceux ci eurent une grande influence sur le monde de la peinture taïwanaise.

Fin 1974, Zhang Gunian et sa femme ont déménagé à Fulin, Michigan, USA pour des raisons de santé. Aux États-Unis, d’une part, parce qu’il vit dans une zone de plaine où il n’y a pas de magnifiques montagnes et rivières à peindre, et d’autre part, en raison de son âge avancé, il ne lui est pas pratiquede franchir montagnes et eaux, alors il représente souvent des sites pittoresques de Taiwan.

L’Étang aux lotus, réalisé en 1979 représente de mémoire une vue de l’Étang aux lotus dans le Jardin Botanique du Musée d’Histoire. Avant que Zhang Guinian n’aille aux États-Unis, il allait souvent au Jardin Botanique pour faire de la boxe et de la gymnastique avec sa femme, et visitait souvent l’exposition au Musée d’Histoire.


Share This Post

Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie
%d blogueurs aiment cette page :