Share This Post

Lectures / Regards

Quatorze poèmes sur la plantation de bambou

Quatorze poèmes sur la plantation de bambou, détail, Li Dongyang

李東陽 Lǐ Dōngyáng 1447~1516

Li Dongyang, dont le sobriquet était Binzhi et le nom de style Xiya, reçut le diplôme de jinshi en 1464 de l’ère Tianshun. Il servit à la cour pendant près de cinquante ans et fut considéré comme un premier ministre vertueux et sage.

Inscriptions en écriture cursive, encre sur papier, 1496, Li Dongyang

Enfant, il fait preuve d’un talent particulier pour la calligraphie. Il apprend d’abord la calligraphie en imitant le grand maître Yan Zhenqing (颜真卿 Yán Zhēnqīng 709-785). S’il saisit fermement l’essence de la main de Yan, il développa également son propre style et excella dans les grandes écritures cursives et sceau.

Ses contemporains ont loué son travail comme « sans précédent ». En outre, il était également un maître dans l’authentification des peintures. Personne d’autre au milieu de la dynastie Ming n’a réussi à devenir aussi accompli dans autant de domaines que lui.

Mesurant dix mètres de long, Poèmes sur la plantation de bambou se compose de quatorze poèmes et essais écrits en écriture standard, courante, cursive et sceau. Li Dongyang l’achève en 1516 pour son neveu par alliance Zhang Ruji. L’artiste et le destinataire aimaient beaucoup le bambou et les plantaient souvent ensemble.

La provenance de cette œuvre remonte à la fin des Ming, de sorte que son histoire s’étend sur près de quatre cents ans et comprend de nombreux collectionneurs importants pratiquement sans interruption. Parmi les plus anciens figurent les sceaux de collection du célèbre collectionneur de la dynastie Qing, An Qi (1683-1745?). Un de ses sceaux apparaît sur chacune des six coutures de papier et le rouleau manuel a été enregistré dans le traité d’An Qi sur les peintures, Moyuan huiguan.

Il est particulièrement rare qu’un rouleau aussi long soit bien conservé pendant plus de cinq cents ans sans subir de dommages ou de coupures, avec seulement quatre caractères en frontispice et un poème de Weng Luxu manquant. La principale raison de son excellent état actuel est que la plupart du temps cette œuvre a été soigneusement détenue par des connaisseurs avertis : de Weng Fanggang (翁方綱 Wēng Fānggāng 1733-1818) à Ye Zhishen (葉志詵 Yè Zhìshēn 1779-1863), ainsi que son fils Ye Mingfeng ( 1811-1858). Tous étaient des lettrés érudits intéressés par les antiquités et habiles en calligraphie. La famille Ye avait une relation étroite avec Weng Fanggang et un grand nombre de trésors de Weng sont entrés dans leur collection. Ce rouleau a ensuite appartenu au membre de la famille impériale Qing et fonctionnaire de la cour Aixin Jueluo Bao Xi (1871-1942) et au grand peintre du XXe siècle Zhang Daqian (張大千 Zhāng Dàqiān 1899-1983), dont les sceaux se trouvent sur l’œuvre. Zhang Daqian a en outre inscrit sa réponse, qualifiant cela « d’œuvre la plus divine car elle contient des poèmes et des calligraphies authentiques de Li Dongyang ». Son admiration et son attachement à ce rouleau manuel sont évidents, car l’un de ses sceaux indique « quelle que soit la direction dans laquelle je vais, il n’y a que cette pièce avec moi et aucune possibilité de séparation ». Seule une œuvre d’art vraiment importante aurait pu obliger un grand maître tel que Zhang Daqian à exprimer un sentiment aussi fort.


Share This Post

Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie
%d blogueurs aiment cette page :