Blog

Le tigre de la montagne

Le moine au tigre, David Livingston

Le Tyger, d’Emily Loizeau, un conte du dĂ©part, enregistrĂ© dans une ancienne magnanerie entre ArdĂšche et CĂ©vennes, explore le symbolisme du tigre de la montagne. Les mĂ©lodies d’Emily chantent aussi l’Autre bout du monde, les Eaux sombres, la Complainte du partisan et le Chagrin des oiseaux avec le mĂȘme grain de dĂ©licatesse dans la voix. La dĂ©finition mĂȘme de l’élĂ©gance, qui se nourrit d’images, de sons et de mots. De danse, aussi. Cette poĂ©sie du corps qui enchaĂźne les mouvements comme on brode, peint, ou rit.

æŠ±è™Žæ­žć±±

En taijiquan, il existe plusieurs séquences de mouvements relatives au tigre :

  • Enlacer le tigre et retourner dans la montagne
  • Frapper le tigre Ă  gauche
  • Frapper le tigre Ă  droite
  • Reculer et chevaucher le tigre
  • Bander l’arc et tirer sur le tigre
Enlacer le tigre et retourner dans la montagne, forme en 37 pas

Enlacer (抱 bĂ o) le tigre (虎 hǔ) et retourner (æ­ž guÄ«) dans la montagne (ć±± shān) interprĂ©tĂ© par le GM Cheng Man Ching.

Enlacer le tigre et retourner dans la montagne est la dix septiĂšme posture de la forme en trente sept pas du professeur Cheng Man Ching.

Enlacer la taille de l’adversaire, cette seule parade pourrait alimenter un dictionnaire de poĂ©sie politique.

Le tigre qui renverse la montagne est Ă©galement le troisiĂšme mouvement du qi gong de conduite de l’énergie du Wudang nei dan gong.

Le tigre est un rĂ©sistant en quĂȘte de lĂ©gitimitĂ©. En Inde et Ă  Ceylan, le Tigre de la rĂ©bellion s’oppose au Lion gouvernemental. Dans la pratique du kung-fu, le Tigre reprĂ©sente Ă  la fois le printemps, la force et la bravoure chevaleresque. C’est une figure paradoxale, entre protection et attaque, et la dualitĂ© de cette symbolique se retrouve dans le taijiquan avec l’absorption (protection) et la restitution (attaque) de l’énergie adverse, pour pouvoir vaincre sans force. On peut alors chevaucher le Tigre et gravir la montagne, l’image d’un pouvoir apaisĂ© des passions.

Les passions une fois oubliĂ©es, le Tigre se terre dans la montagne. 

Le Qi Gong de Zhou LĂŒjing

Le Tigre reprĂ©sente l’essence originelle prĂ©sente dans le corps, le souffle vital contrariĂ© par les passions de l’existence. Il Ă©voque l’imperfection de l’ĂȘtre humain, tandis que la montagne est, elle, le lieu de la philosophie et de la rĂ©flexion. 

Tigre peut se traduire par 虎 hǔ ou 虍 hǔ, dont la prononciation est proche de 犏 fĂș qui signifie bonheur, bĂ©nĂ©diction ou de 䜛 fĂł, bouddha. Peut-ĂȘtre que ce que le Tigre va chercher dans la montagne est-ce une bĂ©nĂ©diction ?

è™Žè·‘æąŠæł‰

La source (æł‰ quĂĄn) du rĂȘve (æąŠ mĂšng) du tigre (虎 hǔ) qui gratte le sol (跑 pĂĄo), est lovĂ©e dans la vallĂ©e au sud du Lac de l’Ouest de Hangzhou. La source du tigre de Hangzhou contient l’eau utilisĂ©e pour la culture du trĂšs rĂ©putĂ© thĂ© vert du Puits du Dragon de la colline de l’Empereur de Jade (wĂĄng shān lĂłng jǐng). CachĂ©e dans un vallon au sud-ouest du Lac de l’Ouest de Hangzhou, cette source aurait Ă©tĂ© dĂ©couverte par deux tigres, d’oĂč son nom.

En effet, d’aprĂšs la lĂ©gende, un grand maĂźtre bouddhiste du IXe siĂšcle en voyage Ă  Hangzhou n’aurait pas rĂ©ussi Ă  trouver Ă  se rafraichir. En rĂȘve, Dieu lui serait apparu pour lui dire de suivre les deux tigres qui se prĂ©senteront Ă  lui. Le lendemain, le moine se promenant dans la forĂȘt aperçu deux tigres qu’il suivit. Les tigres se mirent alors Ă  creuser la terre d’oĂč une source jaillit, la source du tigre de Hangzhou.


You might be interested in …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :