Share This Post

Principes / Regards

Iki

Hakudo Nakayama

Un style raffiné

九鬼 周造 Kuki Shūzō (1888–1941)

La structure de l’iki (「いき」の構造 Iki no kōzō) de Shūzō Kuki est sans doute l’œuvre la plus importante de l’esthétique japonaise du XXe siècle – et certainement l’une des plus courtes. Kuki a écrit le premier projet en 1926 alors qu’il vivait à Paris, vers la fin d’un séjour de sept ans en Europe, et a publié le livre peu de temps après son retour au Japon en 1929. C’est une étude phénoménologique et herméneutique d’un phénomène, iki, qui était au centre de la vie esthétique japonaise au cours des deux ou trois cents dernières années et dérivée de formes de relations érotiques entre hommes et geisha dans les quartiers de plaisir des grandes villes. Kuki remarque que si les termes français chic, coquet et raffiné partagent des connotations avec le terme iki, aucun mot européen n’est capable de traduire la richesse de ses significations – ce qui est sans surprise, car le terme a émergé d’un contexte culturel particulier et Kuki est soucieux d’appréhender la forme vivante du phénomène tel qu’il est vécu. Kuki mentionne l’esprit français et le sehnsucht allemand comme des termes également intraduisibles, pour des raisons similaires d’imbrication culturelle.

Kuki distingue deux autres «moments» d’iki en plus de sa base de séduction ou de coquetterie (bitai): le sang-froid (ikiji) et la résignation (akirame). Dans la mesure où l’iki en tant que séduction vise à maintenir une relation dualiste, en garantissant la possibilité comme possibilité – une allusion à la conception existentielle de Heidegger de la mort comme possibilité ultime – elle embrasse déjà l’impermanence et la mortalité. Cette défense de la possibilité est ainsi renforcée par un sang-froid empreint de courage, qui pour Kuki est illustré par l’attitude envers la mort (la sienne et celle des autres) de la part du guerrier samouraï et par sa façon de vivre (bushidō). Elle est également renforcée par le moment de la résignation, que Kuki comprend comme l’attitude bouddhiste de non-attachement à un monde d’impermanence. Tous ensemble, ils permettent une sorte de jeu esthétique, grâce à une mise entre guillemets (phénoménologique) des préoccupations de la vie quotidienne.

Également dénommé Nakayama Hiromishi, Nakayama Hakudo fut un des grands experts japonais qui marqua l’histoire des arts martiaux de la première moitié du XXe siècle. Menkyo kaïden de Shindo Munen Ryu, instructeur de Shintō Musō-ryū et fondateur du Musō shinden ryū, Nakyama senseï fut un des proches de Ueshiba senseï. Il fut également l’enseignant d’adeptes de renom dont Mochizuki Minoru, fondateur de l’école Yoseïkan, mais aussi d’Haga Jun’ichi, l’un de ses meilleurs élèves.

La silencieuse paix du ravissement 

Après avoir positionné le phénomène de l’iki parmi une variété d’autres sentiments esthétiques tels que le doux (amami), l’astringent (shibumi), le tape-à-l’œil (hade), le calme (jimi), le brut (gehin) et le raffiné (jōhin) ; Kuki continue à examiner les expressions objectives du phénomène, qui sont soit naturelles, soit artistiques. Dans la nature, les saules et la pluie lente et régulière illustrent iki ; dans le corps humain, une légère détente, une voix de ton moyen plutôt que d’aigu, un visage plus long que rond, une certaine tension et détente des yeux, de la bouche et des joues, la main légèrement recourbée en arrière. Il y a aussi le port de tissu fin, le maquillage finement appliqué, les cheveux coiffés pas trop formellement, à l’aide d’eau plutôt que d’huile, et un décolleté conçu pour attirer l’attention sur la nuque nue.

Dans «l’art libre» du dessin, les lignes parallèles, et en particulier les rayures verticales, sont expressives de l’iki: presque tous les autres beaux motifs développés par les arts du tissu japonais, puisqu’ils impliquent souvent des lignes courbes, sont un-iki. Les seules couleurs qui incarnent l’iki sont certains gris, bruns et bleus. En architecture, le petit salon de thé zen (quatre tapis et demi) est un paradigme de l’iki, d’autant plus qu’il initie une interaction entre le bois et le bambou. L’éclairage doit être tamisé : lumière du jour indirecte ou bien le type d’éclairage fourni par une lanterne en papier.


L’architecture est une musique figée et la musique comme une architecture fluide.

Shūzō Kuki cite Goethe 

Viktoria Mullova interprète La Chaconne de Jean-Sébastien Bach. La performance a eu lieu au Festival des Pays-Bas 2010 à la Salle de musique de chambre J.S. Bach de Zaha Hadid Architects. Viktoria joue sur un Giovanni Battista Guadagnini, 1750.

La chaconne est le dernier des cinq mouvements de la deuxième partita pour violon seul en Ré Mineur de Bach, classifiée BWV 1004. Cette partita est composée par Bach entre 1717 et 1723 et il semblerait qu’elle ait été écrite à la mémoire de Maria Barbara, son épouse défunte, alors que Bach était en voyage. Il apprend la nouvelle à son retour et les funérailles de sa femme ont déjà eu lieu.

La salle de musique de chambre J.S. Bach est spécialement conçue pour accueillir des performances en solo des œuvres de JS Bach – mettant en valeur la multiplicité de sa musique en utilisant un seul ruban de tissu continu qui change, s’étire, se comprime et bouge en permanence pour cocooner les artistes et le public dans un espace fluide intime.


Share This Post

Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie

1 Comment

  1. Article magnifique ! Merci.

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils