Share This Post

Lectures

Le tai chi chuan, une boxe pour les doux

La poussée de Cheng Man Ching

De nombreuses histoires

Les exploits pugilistiques de Yang Lushan firent d’incroyables histoires alléguées comme étant vraies. Le prince Dwan en était sceptique. Ainsi, lors de la première soirée de Yang à la cour impériale, le jeune prince a lâché deux chiens féroces. Les chiens sont venus à ses jambes mais ont soudainement hurlé en retraite. Yang a continué comme si de rien n’était. Le lendemain matin, les chiens ont été retrouvés dans leurs chenils, refusant de manger.

D’autres boxeurs en poste à la cour ont estimé que leurs emplois lucratifs étaient en danger en raison de la présence de Yang. Ils se sont ligués contre lui. Un soir, alors que Yang passait dans une ruelle déserte à l’extérieur de la cour, plus d’une centaine de boxeurs aigris l’ont attaqué avec des batons, des pierres et des briques. Yang s’accroupit et se couvrit la tête de sa capuche, sans essayer de se défendre. Pour toutes les personnes présentes, il avait été réduit en bouillie. Mais il ne l’était pas. Le lendemain matin, il vaquait à ses occupations à la cour comme d’habitude tandis que ceux qui l’avait battu gémissaient dans leur lit, leurs corps meurtris et douloureux.

Aussi fantastiques que ces histoires puissent paraître, elles révèlent le principe cardinal du tai chi chuan: cette force et cette violence qui blessent, ne blessent que celui qui attaque. Les pratiquants de tai chi chuan se méfient tellement de la nature de retour de flamme de la force qu’ils développent un toucher si léger et hésitant qu’il semble provenir d’une main sans os.

Tous les mouvements du tai chi chuan entraînent l’élève à être aussi souple qu’un enfant. Les mains d’un boxeur de tai chi accompli ont généralement une peau claire et lisse. C’est l’oeuvre du “qi”, dirait le professeur Cheng. Ses mains sont aussi belles que celles d’une jeune fille.

La notion de “qi” est difficile à expliquer. C’est du souffle mais ce ne l’est pas. C’est la circulation sanguine mais pas tout à fait. C’est peut-être la concentration mentale. Ce pourrait être un pouvoir intérieur mû par la volonté. Personne ne sait avec certitude. Je suis certain d’une seule chose. Plus je connais le tai chi chuan, moins je tiens à le soumettre à une analyse scientifique.

Le professeur Cheng, bien que n’étant pas un scientifique, a toujours utilisé la physique pour prouver ses arguments. Il pense que le tai chi chuan est l’une des plus grandes inventions de la Chine et devrait être introduit en Occident. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a organisé deux manifestations impressionnantes à l’ambassade britannique et à la mission militaire américaine à Chungking. Dans les deux cas, de solides gaillards expérimentés dans la boxe occidentale ont été sélectionnés pour réfuter sa résistance. Aucun de leurs coups n’a pu arriver à destination. Au lieu de pouvoir le frapper, ils ont été envoyés vacillant à plusieurs mètres de là.

Un géant imposant de plus de 100 kg a deux fois essayé. Il était visiblement perplexe devant la puissance inexplicable de ce petit Chinois. Frustré dans sa première tentative, il a attaqué encore plus violemment. Mais la force l’a encore défait. Il chancelait dangereusement vers une grave chute et les spectateurs regardaient avec appréhension. Avant que quiconque ne sache ce qui se passait, le professeur Cheng s’était précipité à ses côtés pour le stabiliser d’une main douce au coude.

Personne ne le croirait aussi facilement que Robert Smith. Après avoir étudié le tai chi chuan avec le professeur Cheng pendant près de deux ans, il a toujours besoin de cette main offerte et bienveillante pour contrôler sa chute.


Share This Post

Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie
%d blogueurs aiment cette page :