Share This Post

Lectures

Le tai chi chuan, une boxe pour les doux

La poussée de Cheng Man Ching

Guérison attestée

En racontant son passé, Cheng n’hésite pas à réitérer sa conviction que le tai chi chuan est un remède pour la tuberculose.

Mes hémorragies internes ont cessé et ma température est revenue à la normale en quelques mois de pratique, a-t-il déclaré. En moins d’un an, ma toux avait disparu. Mais il a fallu six ou sept ans pour mettre un terme aux maux de tête, aux dents qui bougeaient, à la faible vision et à l’insuffisance de concentration.

J’ai maintenant plus de 60 ans et je peux faire tout ce que n’importe qui d’autre peut normalement faire. Ma vue est meilleure qu’elle ne l’était il y a 30 ans et je lis des lettres minuscules sans l’aide de lunettes. Mes dents sont plus fortes qu’auparavant.

La journée de Cheng est riche d’activités. Homme aux multiples talents, il partage son temps entre la poésie, la calligraphie et la peinture chinoise en plus de la phytothérapie et du tai chi chuan. Pendant des années, il fut le professeur de peinture et de calligraphie chinoise de madame Chiang Kai-shek.

C’est l’histoire d’une renaissance. Son objectif principal dans l’apprentissage du tai chi chuan était d’améliorer sa santé. Il disait qu’il n’avait jamais rêvé alors, qu’un jour il pourrait battre des pugilistes de renommée nationale.

Le pugilisme chinois est affaire difficile et sérieuse. Aucune prise ou coup n’est interdit ou annulé. Les boxeurs combattent avec les poings, les coudes, les épaules, les genoux, les bords des mains, des doigts et des pieds, de manière à infliger différentes blessures à certaines parties du corps. Un pugiliste chinois ne donne aucun quartier et n’en obtient aucun.

Au cours de sa carrière en tant qu’autorité du tai chi chuan, Cheng a été mis au défi à plusieurs reprises. Pendant des années, il fut directeur de l’Association des pugilistes de la province du Hunan. Le Hunan était la Mecque du pugilisme chinois. C’est là qu’il a rencontré les adversaires les plus coriaces de sa vie. Des boxeurs chinois de toutes sortes sont venus tester son courage. Ils sont partis avec un respect incandescent.

Même maintenant, le professeur Cheng ne ferme pas sa porte aux visiteurs curieux, . Parmi eux se trouvait un homme appelé Liang, champion de l’école Shaolin. Liang était un homme avec des mains surdimensionnées. Il était ambitieux. Il en avait trop battu pour être modeste. Et maintenant, il se devait de défier Cheng Man-ching pour se mettre à l’épreuve.

Par l’intermédiaire d’un ami commun, Liang invita le vieux maître à dîner. Après quelques verres, il laissa tomber son gant. Mais Cheng Manching souria et déclara que ce n’était pas sa coutume de montrer ses talents de boxeur dans un restaurant. Néanmoins, il accueillerait Liang pour un combat amical chez lui.

Share This Post

Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie
%d blogueurs aiment cette page :