La méditation somatique

La pratique de la méditation somatique, telle qu’on la trouve dans les traditions les plus ésotériques d’Asie et en particulier dans le bouddhisme tibétain et est-asiatique et dans le taoïsme spirituel, fournit les moyens et les méthodes nécessaires pour faire ce voyage vers l’incarnation spirituelle. Ce riche héritage comprend à la fois un vaste éventail de pratiques et d’instructions orales qui les accompagnent, ainsi qu’une compréhension très fine du processus d’incarnation. Dans notre lignée de pratique, nous puisons largement dans ce riche héritage de sagesse somatique.

Mara étreignant la roue des réincarnations

Ce bas-relief de 8 mètres parmi les sculptures rupestres de Dazu représente Mara, le Seigneur de la mort et des désirs, étreignant la roue des réincarnations.
La grande roue des renaissances résume la doctrine bouddhiste du karma : un cycle sans fin de réincarnation dans des formes de vie supérieures ou inférieures selon ses actes passés. Dans cette sculpture, le démon Mara, personnifiant l’existence, tient la roue entre ses mâchoires et ses bras. La roue est soutenue par un fonctionnaire personnalisant la cupidité, un soldat, mal, un singe, la folie et une femme, la luxure. Six rayons émanent de la roue, signifiant que l’illumination, le but de toute pratique bouddhiste, permet au chercheur d’échapper au cycle éternel de la naissance et de la mort.

La contemplation dans les textes taoïstes

Pour pouvoir retracer l’histoire des pratiques contemplatives, nous devons d’abord être en mesure de définir ce que nous entendons par contemplation. Les praticiens modernes préfèrent généralement utiliser des termes à la mode comme la pleine conscience, souvent définis comme une conscience consciente et une acceptation sans jugement. Bien que cela puisse bien fonctionner pour certaines formes de pratiques, pour une étude plus historique, nous devons nous fier aux termes, définitions et contexte taoïstes et bouddhistes chinois.

La voie du bambou

À l’ombre d’une Chine qui s’éveille, se tiennent discrètes les traditions vivantes du taoïsme et du bouddhisme chan. Ce livre témoigne pour leur survie en redonnant ses lettres de noblesse à la Grande Etude, celle qui nécessite une vie tournée vers l’Orient de l’esprit.

Aller à la barre d’outils