Regards

La vie à Shanghai

√Ä l'√©t√© 2018, Sveta Doroshev a √©t√© s√©lectionn√©e pour passer trois mois au Swatch Art Peach Hotel √† Shanghai.¬†Elle en a cr√©√© un ensemble d'Ňďuvres appel√© "La vie √† Shanghai", consid√©rant la ville comme une m√©taphore de la Babylone moderne - m√©lange d'Est et d'Ouest, de pass√© et de pr√©sent, de cultures et de modes de vie.

Les grues du bonheur

En 1112, alors que l'empire des Song est en guerre depuis trois ans avec son voisin des Liao, au nord, l'empereur Huizong , expose Les Grues heureuses ou de bon augure à l'Académie de peinture : la critique est élogieuse. Heureux, ici, est pris au sens de favorisé par le hasard, par le destin. Avec Les Grues du bonheur, il tente subtilement de convaincre ses sujets que les dieux sont encore présents et toujours prêts à sauver la dynastie, alors que celle-ci est en réalité au bord du gouffre.

Le baiser du dragon

La bouche du dragon sans cornes est, dans la mythologie chinoise, l'un des Neuf fils du dragon. Il est représenté dans des décorations de toits impériaux et d'autres motifs ornementaux dans l'architecture et l'art traditionnels chinois .

Quatorze poèmes sur la plantation de bambou

Mesurant dix mètres de long, les Poèmes sur la plantation de bambou se compose de quatorze poèmes et essais écrits en écriture standard, courante, cursive et sceau. Li Dongyang l'achève en 1516 pour son neveu par alliance Zhang Ruji. L'artiste et le destinataire aimaient beaucoup le bambou et les plantaient souvent ensemble.

La société de peinture des sept amis

L'association de peinture des sept amis a √©t√© or√©√©e en 1955 par sept calligraphes et peintres, dont le grand ma√ģtre aux cinq excellences Cheng Man Ching.

Reliure en écailles de dragon

En 2010, un jeune ma√ģtre du Fortune Blessing Studio √† P√©kin nomm√© Zhang Xiaodong a r√©alis√© le premier livre reli√© √† √©cailles de dragon depuis un mill√©naire. La notori√©t√© de cette technique a √©t√© amplifi√© gr√Ęce √† Taipei. Taipei a utilis√© cette technique de reliure pour son dossier de candidature pour la capitale mondiale du design .

Le palais Qiluo Wenchang

Le palais Qiluo Wenchang a √©t√© construit la 37e ann√©e de Wanli sous la dynastie Ming (1609), agrandi de la cinqui√®me √† la neuvi√®me ann√©e de Qianlong sous la dynastie Qing (1740-1744) et reconstruit la premi√®re ann√©e de Xianfeng (1851). C'est un groupe d'√©l√©ments architecturaux construits en combinant les r√®gles des temples confuc√©ens et des temples tao√Įstes.

Gen√®se de l’empire c√©leste

Depuis des temps imm√©moriaux, la Chine s'est int√©ress√©e au Grand r√©cit de l'Univers. D√®s les premi√®res dynasties, des guetteurs du ciel rel√®vent le mouvement des corps c√©lestes. La cosmologie devient science d'√Čtat et les souverains -les fils du Ciel- les garants de la mise en √©cho du Ciel et de l'empire. L'histoire de ces √©pousailles entre le Ciel et la Terre peut se d√©chiffrer √† travers le prisme du jade. √Ä travers cette exposition de la Fondation Baur,, le public est invit√© √† d√©couvrir un exceptionnel ensemble de jades archa√Įques chinois issu de la collection de Sam et Myrna Myers.

Préface du pavillon du prince Teng

La pr√©face de la Collection Po√©tique du Pavillon de Teng Wang' que Wang Bo √©crivit √† l‚Äô√Ęge de 27 ans est une Ňďuvre po√©tique tr√®s connue. Son po√®me √† la fin de la pr√©face intitul√© 'Po√©sie du Pavillon Teng Wang' a √©t√© largement salu√© comme un des plus beaux po√®mes de la Dynastie Tang. Le style en a beaucoup influenc√© des g√©n√©rations ult√©rieures de po√®tes.

Le jardin de l’humble administrateur

et la valeur esthétique du jardin de l'humble administrateur. "Ce style de jardin à l'ancienne de Suzhou comporte de nombreuses couches", explique Xue. "Il y a quatre composantes particulières : la pierre, le végétal, l'architecture et l'eau." Et ceux-ci sont tissés ensemble dans des combinaisons infinies. Les plantes ici représentent différentes saisons, les pivoines pour le printemps, les lotus pour l'été, l'osmanthus en hiver et les fleurs de prunier en hiver. 

Pratiques martiales à Shanghai

L‚Äôart martial chinois est reli√© √† toute une culture, c‚Äôest un h√©ritage mill√©naire destin√© √† nous √©lever dans ce que nous sommes. Son origine remonte √† plus de 4000 ans, et il est plus que jamais d‚Äôactualit√© au 21e si√®cle, parce que son but d√©passe largement la notion du combat : c‚Äôest un outil pour la connaissance. C'est inspirant de regarder celles et ceux qui en ont fait un chemin de vie.

Bouddha avec pluie, nuages, tonnerre et éclairs

Lorsqu‚Äôun nuage devient pluie, nous pourrions √™tre tent√©s de dire que le nuage est mort. Mais nous savons que la vraie nature du nuage, H2O, n‚Äôest pas morte du tout. Elle est devenue pluie. Si nous voulons voir la vraie nature du nuage, nous devons nous lib√©rer du signe ¬ę nuage ¬Ľ. La mort d‚Äôun nuage est en m√™me temps la naissance de la pluie. ‚ÄĒ Th√≠ch NhŠļ•t HŠļ°nh